Condamnation de Matar Diokhané : Désemparée, sa famille crie au sacrifice à l'autel de la lutte contre le terrorisme


La justice sénégalaise n'a pas cru un seul instant à la bonne foi présumée de Matar Diokhané. Devant la chambre criminelle, l'enseignant coranique qui exécutait un contrat à Handaq, une contrée du nord-est du Nigeria, a tenté de faire croire qu'il n'a aucun lien avec le groupe Boko Haram. Sa rencontre avec Abubakar Shekau, Diokhané l'a justifiée par la "fibre patriotique". "Je voulais délivrer des compatriotes en difficulté", s'est-il expliqué. Mais Samba Kane et ses assistants ont fait fi des arguments de l'accusé et l'ont condamné à 20 ans de travaux forcés. La plus lourde peine prononcée dans le procès dit du terrorisme. Sa famille n'en revient pas. Désemparée, elle crie au sacrifice à l'autel de la lutte contre le terrorisme. Sa mère, Seynabou Mar ne réclame ni plus ni moins la libération de son fils dont elle ne doute pas de l'innocence. A l'en croire, Matar Diokhané est victime de son amour pour la religion. “Depuis sa tendre enfance, la religion a toujours suscité un intérêt particulier chez lui”, témoigne la génitrice du jihadiste sénégalais. Sa soeur Fatou Diokhané, ne dit pas le contraire. Les couloirs du tribunal n'ont plus de secrets pour elle. Depuis l'incarcération de son frère pour terrorisme, Fatou Diokhané a relégué sa vie au second plan pour ne s'occuper que de ce petit frère ayant maille à partir avec la justice. Si elle s'investit autant, c'est parce que Fatou Diokhané croit dur comme fer que son frère n'est en rien mêlé au terrorisme. Pour elle, la justice doit revenir à de meilleurs sentiments. La même trompette est embouchée par la seconde femme du maitre coranique. Acquittée, Coumba Niang se dit peinée par le maintien en prison de son époux. Ce d'autant plus que l'Imam Ndao qui était présenté comme le “chef” est relâché. Autant dire que la famille de Matar Diokhané a rejoint le front pour faire libérer ce dernier dont les conditions de détention ne se sont pas améliorées. Sa soeur met les autorités devant leurs responsabilités et leur rappelle que son frère n'est porteur d'aucune pathologie et n'est pas suicidaire.
Mercredi 1 Août 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :