Complexe sportif Dakar Diamniadio Sport City : 30 milliards de FCFA pour faire du Sénégal un hub événementiel dès 2021

Positionner le Sénégal dans l’industrie évènementielle avec Dakar Diamniadio Sport City, un complexe sportif et hôtelier de classe mondiale. C'est ce que l’homme d’affaires Madani Tall compte construire à Diamniadio, un joyau qui devrait permettre au Sénégal de se positionner dans l’industrie évènementielle.


Une ville comme Diamniadio, dont la population devrait atteindre 50 000 voire 250 000 habitants dans les dix ans, a besoin d’infrastructures sportives et de loisirs. Partant de ce constat, Madani Tall, président d’Envol Immobilier, a décidé de construire dans la ville de l’émergence un complexe sportif et hôtelier de classe internationale, comprenant un terrain de foot de dimension Fifa, des mini-terrains, un gymnase polyvalent, une piscine olympique, des courts de tennis, des espaces récréatifs, mais aussi et surtout un hôtel quatre étoiles qui sera géré par un groupe international.
 
Il a signé, le 28 juin, la convention d’attribution d’une assiette foncière de six hectares avec Seydou Sy Sall, le délégué général aux Pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose. « L’idée de ce complexe sportif est de pouvoir doter le Sénégal d’une infrastructure sportive digne de ce nom pour accompagner l’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse de 2022 », explique Madani Tall. Les travaux vont démarrer « dès le mois de juillet » de cette année et dureront 24 mois. « Le complexe va ouvrir en juillet 2021. On aura une année pleine de rodage des installations avant le démarrage de JO-j », promet-il.
 
Ce complexe sera donc « un choix parmi d’autres » pouvant abriter les délégations et certaines compétitions sportives. Mais, au-delà des JO-j 2022, il répond à un « besoin réel » au Sénégal pour ce type d’infrastructure. L’ambition, c’est aussi de faire venir, avec l’aide de certaines grandes agences sportives et évènementielles, des clubs de foot, de basket ou de grands athlètes internationaux pour faire leurs stages de préparation à Dakar ; bref, de positionner le Sénégal comme une véritable destination touristique, sportive et de loisirs. Le coût global du projet est estimé à 30 milliards de FCFA et il génèrera au moins 250 emplois directs. Le promoteur va démarrer les travaux sur fonds propres, à hauteur de 7,5 milliards de FCFA, soit 25%, et le reste, soit 22,5 milliards, sur financement bancaire. 
 
« Nous sommes en discussion avec la Banque Atlantique, la Banque ouest-africaine de développement (Boad) et la Banque arabe pour le développement économique de l’Afrique (Badea) basée à Khartoum au Soudan qui ont accepté de nous accompagner pour que tout le financement soit bouclé avant octobre de cette année », informe M. Tall. 
 
Pour Seydou Sy Sall, l’intérêt de ce projet réside dans le fait d’être un investissement privé direct ; ceci après une première phase où l’essentiel des infrastructures structurantes ont été réalisées par l’Etat. « Cela montre que le modèle sur lequel nous travaillons commence à porter ses fruits », se félicite-t-il. Le délégué général et le promoteur ont insisté sur la « complémentarité » de ce complexe avec le Dakar Arena et le nouvel stade olympique dont les travaux seront bientôt lancés par le chef de l’Etat. « On a bien réfléchi pour renforcer l’offre sans être en concurrence avec les infrastructures existantes », assure Madani Tall, tandis pour M. Sall, il permettra « une meilleure exploitation » du Dakar Arena. 

 

Le Soleil
Mercredi 3 Juillet 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :