Commerce international : « L’Afrique doit dépasser ces 3% des exportations pour s’imposer au niveau mondial » (Boubacar Sadikh Bèye, DG PAD)


Le directeur général du port autonome de Dakar, Aboubacar Sadikh Bèye était ce matin au niveau de sa direction générale avec Baba Berthé, directeur général de la compagnie malienne de développement des textiles dans le cadre de la signature de convention sur l’exportation et l’intensification des fibres du coton.

Il a été question de revenir après la signature du protocole, sur les conditions à mettre en œuvre pour améliorer les conditions d’exportation et monter en puissance au niveau mondial. « Nous devons travailler à  créer de la valeur ajoutée entre Dakar et Bamako dans la perspective de « Ndayaane ». Mettre beaucoup plus de valeur ajoutée.  Il est donc possible de monter en puissance au niveau mondial », signifiera Aboubacar Sadikh Bèye.

Tout doit être fait, au niveau des deux pays pour rassurer au niveau des exportations mais aussi, se procurer des avantages qu’offre l’Agoa qui a été  promulguée en mai 2000 par le Congrès américain, sous l'égide de l’ancien Président Bill Clinton. C’est l’idée que véhicule le directeur du port autonome de Dakar pour estimer que « les pays africains même devraient,  dépasser le stade des 3% et pourquoi pas ne pas atteindre dans un futur proche les 10% ». L’idée est donc de mieux s’insérer dans la chaîne de valeur mondiale en créant de la valeur ajoutée sur les produits importés.

Aussi, il faudrait selon lui, jouer sur « les termes de marché car, il y’a un timing qui se fait et il faut bien avoir le dispositif de stockage et faire ce que les américains appellent le just in time, c’est-à-dire, observer le marché et savoir les moments opportun pour mettre le produit sur le marché...

 
Lundi 28 Octobre 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :