Commémoration de la mort de Fallou Sène : 2 ans après le drame, la coordination des étudiants de Saint-Louis réclame justice.


Commémoration de la mort de Fallou Sène : 2 ans après le drame, la coordination des étudiants de Saint-Louis réclame justice.

C’était une journée de mardi, précisément le 15 mai 2018, lorsque l’étudiant à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, Fallou Sène tombait au front touché par une balle, suite à une marche réprimée par les forces de l’ordre. Si la pandémie du coronavirus empêche toute forme de manifestation sur l’étendue du territoire national, ses camarades regroupés au sein du CELS réclament que le dossier judiciaire soit vidé…

 

« L’espace d’une vie nous sépare de ce matin du 15 mai 2018 où notre camarade Fallou SÈNE tombait sous les balles de l’unité de gendarmerie déployée au sein du campus universitaire de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, lors des échauffourées opposant les étudiants aux forces de l’ordre.  En ce 15 mai 2020, date commémorative de son décès, la Coordination des Etudiants de Saint-Louis (CESL) réitère ses condoléances les plus attristées à sa famille et à toute la communauté estudiantine du Sénégal. 

 

Le 15 mai est en effet pour la CESL le souvenir des difficultés qu’endurent les étudiants dans les universités publiques du Sénégal, celui d’un camarade arraché à notre affection, mieux encore le souvenir d’une forte revendication : Justice pour Fallou SENE ! 

 

En faisant le point sur le dossier judiciaire du camarade Fallou SÈNE, la CESL a constaté avec regret que ledit dossier est au point mort depuis le début du mois de mars 2020 malgré certaines annonces médiatiques tendant à faire croire que le dossier est bouclé. Tout porte à croire que ces agitations médiatiques cachent mal une coïncidence troublante entre l’annonce de la venue du Président de la République à Saint-Louis pour la célébration du 08 mars 2020 malheureusement reportée avec l’avènement du Covid-19 au Sénégal et le redémarrage d’une machine judicaire en panne de vitesse.

 

C’est pourquoi, la CESL condamne vigoureusement la léthargie notoire constatée sur l’évolution du dossier du camarade Fallou SÈNE et indexe l’Etat du Sénégal car le considérant comme étant le principal artisan de l’impunité dans cette affaire dont l’auteur de l’homicide est connu de tous.

 

Pour rappel, l’implication du Chef de l’unité des gendarmes en mission à l’Université Gaston Berger a été confirmée par la déclaration du commandant de la Légion Nord, le Colonel Papa Souleymane CISSE, le soir même des événements. Et c’est ce qui explique d’ailleurs, la transmission du dossier au parquet de Dakar pour continuation d’enquête étant donné que Dakar est le lieu du siège du Tribunal militaire. C’est ainsi que dans sa stratégie de recherche de solutions, la CESL a collaboré avec l’ONG Amnesty International. À cet effet, un avocat a été mis à la disposition de la CESL et grâce aux efforts duquel, l’ordre de poursuites délivré par le Ministre des Forces Armées a été transmis à la justice depuis septembre 2019.

 

Par la suite, la CESL s’est montrée déterminée et plus vigilante en suivant de près l’évolution du dossier. Ainsi, après le démarrage de l’instruction de l’affaire du camarade martyr, le doyen des juges a inculpé le Gendarme pour coups mortels et l’a mis sous contrôle judiciaire. Néanmoins, il sied de porter à la connaissance de l’opinion publique que la CESL a déposé une liste de neuf étudiants témoins sur la table du juge instructeur le jeudi 23 avril 2020 tout en exigeant sa constitution de partie civile dans cette affaire.

 

Après deux années de combat pour que la lumière soit faite sur cette affaire, la CESL constate avec déception que le juge instructeur dont la mission est de procéder en toute impartialité à la manifestation de la vérité, est en réalité le principal obstacle au bouclage du dossier d’autant plus qu’il refuse de recevoir la constitution de partie civile des étudiants. C’est dans ce sillage que la CESL déplore et considère cette attitude du juge instructeur comme un micmac pour étouffer l’affaire.

 

Par ailleurs, la CESL étant une structure très responsable rassure sa base qu'elle est plus que jamais déterminée à poursuivre le combat, à agir activement et sans aucun compromis ni compromission d'aucune sorte pour que justice soit faite sur la mort de notre camarade martyr Fallou SENE. 

 

Tout en s’inclinant devant la mémoire du camarade martyr, la CESL réitère son engagement et sa disponibilité pour la cause de l’étudiant. »

Vendredi 15 Mai 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :