Classement du Sénégal dans le Doing Business / Guy Marius Sagna minimise : « Le Doing Business n’a jamais développé un pays… les urgences sont ailleurs »


 Classement du Sénégal dans le Doing Business / Guy Marius Sagna minimise : « Le Doing Business n’a jamais développé un pays… les urgences sont ailleurs »
Le classement « doing business 2020 » a consacré au Sénégal 18 places qu’il a gagnées en Afrique Subsaharienne et par conséquent,  se classant 16e. L’activiste Guy Marius Sagna, contrairement à la position adoptée par l’équipe Doing Business et à celle de ceux qui s’en réjouissent, a catégoriquement regretté.
 
« Un poulet de chair qui devant son fermier ou son boucher se targue d'avoir pris 18 grammes de plus ferait sourire. Quand il s'agit de notre pays qui se vante de sa téranga pour les multinationales impérialistes alors qu'au même moment le Sénégal est un tombeau pour nos PME dont 64% meurent avant d'avoir trois ans, il faut en pleurer », déplore-t-il avec comme argument, cette situation chaotique que traversent nos Petites et moyennes entreprises.
Sous un autre angle d’analyse, le membre actif de FRAPP pense « qu’il faudrait surtout accélérer le processus de dégagement de la classe politique la plus sotte du monde. Une classe politique qui ne sait pas encore que le FMI, la Banque mondiale, leurs plans d'ajustement structurel et leur doing business n'ont jamais développé un pays à travers le monde. Une classe politique soumise aux jumeaux de Bretton-woods que notre regretté Poème appelait Fond de la misère instantanée (FMI) ».
 
La libération de l'Afrique, selon lui, « c'est aussi refuser que notre budget soit occupé par la Banque mondiale et le FMI comme notre politique monétaire est occupée par la France avec le CFA, comme notre territoire est occupé par l'Africom des États-Unis, l'armée française, nos marchés par les Auchan, Carrefour... Notre petit déjeuner par le blé et la poudre de lait de l'Union européenne, nos mers par les bateaux UE... »

Il dénonce par ailleurs cette priorité accordée à certaines questions telles la radiation de Sonko, l’emprisonnement de Khalifa, Karim, Adama Gaye et Guy Marius Sagna, le limogeage de  Sory Kaba etc.
Mais en réalité poursuit-il, « il faut limoger le Fmi, la Banque mondiale, le CFA, la présence militaire étrangère..."

 
Vendredi 25 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :