Choc des ambitions dans Yewwi Askan Wi : Un échec de la stratégie unitaire ?


Avec comme objectif principal, mettre un terme à la gouvernance de Macky Sall, plusieurs partis politiques s'étaient regroupés au sein d'une même coalition à l'initiative de l'ancien maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall.

Parmi les plus grands partis, le Pastef d’Ousmane Sonko, Taxawu Senegaal et Khalifa Sall, ou encore le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR). Cette coalition qui a été lancée officiellement le 02 septembre dernier se veut une coalition qui tend vers les élections territoriales voire présidentielles qui devront se tenir en 2024.

Cependant, dès le début, des frustrations ont été notées particulièrement avec le leader de Guem Sa Bop, Bougane Guèye Dany, Bamba Fall qui refuse d'être derrière Ousmane Sonko et Khalifa Sall même si ce dernier demeure, selon le maire de la Médina, un frère pour lui. Le Pds pour sa part, s'est retenu de cette alliance tandis que le Pastef Dakar, entend geler ses activités au sein de Yewwi Askan Wi.

Entre Khalifa Sall, Ousmane Sonko ou Serigne Moustapha Sy, la question de fond qui doit etre posée est : Qui est le leader? Une réponse qui devra plus prendre en compte les deux premiers cités (selon leur poids électoral). Le leader de Taxawu Senegaal qui est par ailleurs l'initiateur de cette alliance d'une partie de l'opposition, a deux principaux objectifs : se donner les armes pour regrouper la famille socialiste et pourquoi pas, ne pas être à la tête. Deuxièmement, réussir le pari du rassemblement de l'opposition. 

Les calculs politiques ne se limitent pas aux tractations de l'ancien maire de Dakar. Dans le cadre des investitures, chaque parti, se définissant comme potentiel "leader de la coalition" ne va pas céder là où il pense être en bonne position pour se voir investi. Ces calculs en fonction des influences des uns et des autres vont malheureusement mettre à nu cette incapacité de désigner un leader qui pourra jouer à la régulation, bref, à l'organisation.

Khalifa Sall est-il sûr du véritable poids politique de Ousmane Sonko dans certaines localités du pays? Une question qui mérite d'être posée dans la mesure  où la fissure qui est en train de progresser au sein de la coalition reste incompréhensible. Ces remous au sein de la coalition Yewwi Askan Wi sont-ils motivés par un défaut de stratégie unitaire de l'opposition? La réponse est oui à en croire l'analyste politique Mamadou Albert Sy qui estime qu’il ont voulu construire une coalition en fonction des affinités alors que celles-ci ne sont pas solides.  

En effet, malgré les désirs de sauvegarder les liens "amicaux" et les affinités, l'intérêt du parti ne va pas être relégué au second plan. Une conception qui semble être épousée par Ousmane Sonko tout comme Khalifa Sall et le leader du PUR, Serigne Moustapha Sy. Des blocages qui sont également aggravés par la multiplicité du champ oppositionnel.

Le camp du pouvoir, le gagnant ?

L'Alliance pour la République et ses alliés sont également dans un vaste champ d'ambitions. Cependant, ils sont différents car, au moins ils ont un 'régulateur', un leader qui, au moment opportun, peut taper sur la table pour rétablir l'ordre dans les rangs de ses lieutenants. Une autorité qui est au moins reconnue et qui peut stabiliser la majorité. Toutefois, les ambitions personnelles risquent d'être fatales pour le Benno Bokk Yakaar. La stratégie de Macky Sall ne sera-t-elle pas entachée par son parti ? Mystère et boule de gomme...
Jeudi 21 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :