Chérif Léheib Aïdara, président de l’Union des forces agricoles de Kolda : « La révolution agraire est enclenchée... Nous voulons assurer l’indépendance au monde rural… »


Dans le cadre de la formalisation des organisations paysannes, la coopérative dénommée l’Union des forces agricoles de Kolda est née ce dimanche 29 novembre lors de l’assemblée générale constitutive. En répondant à l’appel du chef de l’État, la coopérative entend s’inscrire pour le développement de l’agriculture voire des producteurs. Et la conséquence directe de cette formalisation est l’augmentation du rendement, l’autonomisation des producteurs, l’acquisition rapide de matériel agricole lourd entre autres. La coopérative est la solution pour sortir l’agriculture de l’informel pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. Et à la tête de cette coopérative se trouve Chérif Léheib Aïdara (khalife de la famille chérifienne de Saré Mamady) 

À en croire le président de la coopérative, « la révolution agraire est enclenchée vers la souveraineté alimentaire avec la mise en place de cette coopérative.  Je pense que c’est tout le Fouladou qui s’est engagé dans le processus de cette révolution agraire. Pour en arriver à cette formalisation, les producteurs ont cru à l’ambition du président de la République pour le secteur de l’agriculture. Comme l’a dit ce dernier, il faut mécaniser et motoriser l’agriculture. Mais si à la base il manque l’organisation, le résultat escompté ne peut suivre correctement. C’est pourquoi, nous avons pensé nous organiser à la base pour répondre à l’appel du président en mettant en place des coopératives agricoles. En ce sens, les producteurs ont répondu massivement sans pression, ni contrainte pour cotiser dans la coopérative. » 

Mamadou Ba, DRDR de Kolda de se réjouir en ces termes : « je me félicite de cette AG constitutive. Depuis quelques temps, la volonté de l’État est de formaliser davantage les producteurs en coopérative pour augmenter la production. Ainsi, mieux vaut organiser des sociétés de coopératives qui seront des interlocuteurs auprès de l’État pour une meilleure traçabilité des intrants. » 

Cherif Léheib Aidara d'ajouter :  « nous ambitionnons de développer notre terroir, c’est pourquoi nous avons refusé d’émigrer, car personne ne développera notre contrée à notre place. La coopérative a pour le moment 344 membres pour un montant total cotisé d’un million 720 mille f cfa. Nos atouts sont entre autres l’unité, une ressource humaine qualifiée et le ministre de l’agriculture qui est le premier adhérent de la coopérative. Nous ne devons plus continuer à tendre la main pour nous développer. Nous avons suffisamment de terres et de pluie pour nous mettre au travail hic et nunc. Cette coopérative va suivre toute la chaine de valeur, des semis à la commercialisation. » 

Pour terminer, il lancera un appel aux candidats à l’émigration clandestine,  en estimant que c’est « du suicide » et l’Islam est contre le suicide. C’est pourquoi, « nous voulons assurer l’indépendance au monde rural. Les jeunes doivent avoir confiance en  l’État et en eux, puisqu’on peut réussir ici avec la terre. Le paysan ne doit plus être heureux que trois mois et souffrir les neuf mois restants, nous devons éradiquer ce phénomène-là. » 

Chérif Léheib Aïdara, président de l’Union des forces agricoles de Kolda : « La révolution agraire est enclenchée... Nous voulons assurer l’indépendance au monde rural… »
Lundi 30 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :