Charte de la non-violence / Ousmane Sonko regrette sa position : « Mon intention n'était pas d'insulter ni de faire mal »


À l'occasion de la cérémonie d'investiture du candidat Barthélémy Dias de la coalition Yewwi Askan Wi Dakar, le leader de Pastef les patriotes, Ousmane Sonko avait juré ciel et terre qu'il ne signerait pas la charte de la non-violence, proposée par le Cadre unitaire de l’Islam au Sénégal, composé des membres des différentes familles religieuses du pays. Une déclaration qui a suscité une tollé d'indignation des acteurs politiques de la société et d'une partie des religieux. 

En conférence de presse ce mercredi 22 Novembre 2022, Ousmane Sonko regrette la tournure de sa déclaration, même s'il avoue avoir atteint l'objectif qu'il s'était fixé  dans une telle sortie. "Nous avions pris une posture sur la Charte de la non-violence proposée par certains acteurs. Je voudrais préciser d'abord que je ne parle pas au nom de la coalition Yewwi Askan Wi. Mais j'ai parlé en mon nom personnel et au nom de mon parti Pastef car je suis bien placé pour parler en son nom. J'ai parlé comme je devais parler et comme nous l'aurions souhaité. Car ça a suscité un débat national. Je voudrais préciser que mon propos ne s'adresse pas aux militants qui ont déjà leur appartenance encore moins à ceux qui pensent tout maîtriser. Mon propos s'adresse au peuple. Au peuple qui est averti et ce malgré toutes les tentatives de manipulation. Mon intention n'était pas d'insulter ni de faire mal. Le Sénégal est un pays où il est très difficile de dire la vérité car même si on dit la vérité les gens dirons qu'on les a insultés. Ce qui doit s'arrêter", tente de clarifier Ousmane Sonko, qui estime par ailleurs que son parti a toujours été victime de la violence du régime de Macky Sall depuis 2015, date d'obtention de leur récépissé de parti...
Mercredi 24 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :