Changement de régime en Irak : La révolte populaire prend le dessus sur le gouvernement.


Depuis le 03 Novembre dernier, les manifestations à Bagdad se poursuivent. La jeunesse Irakienne s’est mobilisée depuis un mois pour réclamer le départ du gouvernement, malgré  la récente sortie du  Premier ministre.

« Les revendications populaires sont légitimes. Mais encore une fois, aucune solution concrète n’a été opérée » apprend-on sur RFI. Il faut rappeler toutefois qu’il y’a deux hommes forts du milieu politique en face de lui : le populiste Moqtada al-Sadr et le chef du Hashd al-Shaabi, qui restent de potentiels soutien à l’Iran.

La position de Adel Abdel-Mehdi est visiblement maintenue et malgré cette demande de départ du gouvernement Irakien.

Mais Adel Abdel-Mehdi campe sur ses positions : « pas question de démissionner ; la vacance du pouvoir ne ferait qu’aggraver la crise », clame pour la énième fois le Premier ministre à Bagdad. Il opte cependant pour une solution transitoire : « Que le Parlement me désigne un remplaçant et je remettrais les clés du pouvoir. La transition se fera en douceur », pomettra-t-il.

La contestation prend de plus en plus d'ampleur, des appels à la grève et aux soulèvements sont par ci et par là lancés, rendant difficile l’accès de Bagdad ...
Mercredi 6 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :