Changement climatique / Transition énergétique : « Nous ne pourrons pas accepter qu’on dise que l’Afrique ne peut pas et doit cesser d’exploiter ses énergies fossiles. » (Macky Sall)


La croissance dramatique du réchauffement climatique pousse depuis un certain temps les États à porter un combat contre les causes de ce fléau qui ne cesse d'inquiéter. En effet, considérée comme source primaire de pollution atmosphérique, la mise à l’arrêt de l’exploitation des énergies fossiles est d’autant plus souhaitée. Un combat qui reste par ailleurs invraisemblable pour le président de la République du Sénégal.

Pour le président Macky Sall, cette lutte amorcée contre les énergies fossiles, va totalement anéantir les efforts de développement des pays émergents surtout africains. « C’est un combat que nous devons mener et que nous devons gagner. Nous ne sommes pas contre la transition énergétique, nous ne sommes pas contre la réduction du gaz à effet de serre. Nous ne polluons presque pas et nous sommes parmi les meilleurs en matière de promotion des énergies renouvelables », a-t-il fait remarquer alors qu’il présidait le sommet MSGBC Gas, Oil and Power, ce jeudi 16 décembre 2021 au CCICAD.

Certes, le continent africain a beaucoup à faire en matière de climat, mais il est hors de question, pour le président Macky Sall de renoncer à ces sources d’énergie. « Nous ne pouvons renoncer à nos sources d’énergie. Donc il faut, pendant que nous continuerons d’exploiter ces énergies, contribuer avec tous nos partenaires à atténuer l’effet de ces énergies fossiles sur le changement climatique », dira le président de la République.

Pour lui, les pays africains peuvent être des champions de l’énergie propre et pleinement engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais face à ce combat contre les énergies fossiles, Macky Sall souhaite « un consensus convenable dans l’agenda international au tour d’une transition énergétique qui tienne compte de nos besoins spécifiques de pays en développement en quête d’émergence et d’accès universel à l’électricité. »

Une transition énergétique juste, équitable et inclusive, comme le thème de ce sommet MSGBC Gas, Oil and Power, nécessite obligatoirement une capacité de stockage et préservation optimale des énergies propres ce qui est quand même pour le moment défectueux.

À en croire le chef de l’État sénégalais, « c’est simplement une question de justice climatique. Cette transition doit être définie pour que nos énergies fossiles soient exploitées de la meilleure des façons. Nous nous engageons au même moment à développer les énergies renouvelables », a-t-il dit avant d’ajouter  « Nous ne pourrons pas accepter qu’on dise que l’Afrique ne peut pas et doit cesser d’exploiter ses énergies fossiles. »
Vendredi 17 Décembre 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :