Cession de drogue : Pape H. J. Coly, le colis de cocaïne et les 50 boulettes.


Cession de drogue : Pape H. J. Coly, le colis de cocaïne et les 50 boulettes.
Poursuivi pour les délits d'offre et cession de drogue et d'association de malfaiteurs, le prévenu Pape H. J. Coly dit chinois a été attrait, ce 10 juin, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar en compagnie de trois (3) de ses co-inculpés, en l'occurrence D. Nkondadi, S. Carlos Desanogueiro et T. Génipro Desanogueiro. Tous les mis en cause dans cette affaire ont bénéficié d'un mandat de dépôt le 08 juin dernier après que les enquêteurs les ont interpellés dans un appartement à Ouest-Foire.

Dans leur comparution, les co-inculpés ont tous contesté les faits pour lesquels ils sont poursuivis. Âgé de 45 ans et habitants de la Sicap Baobab, seul le sieur Pape H. J. Coly a reconnu avoir possédé de la drogue de variété cocaïne et évoque un abus de confiance à son endroit. Il est revenu sur les faits en disculpant ses co-inculpés.

"En vérité, ces 3 personnes n'ont rien à avoir dans ce dossier parce qu'ignorant tout. On nous a arrêtés alors qu'on était dans un appartement à Ouest-Foire. Les policiers sont venus fouiller l'appartement et ont trouvé 1 gramme de cocaïne dans la poubelle. Nous n'en faisions pas usage", a soutenu le prévenu.

Interpellé ainsi sur un colis qu'il aurait transmis dans le cadre d'un trafic et qui apparaît dans le Procès verbal, l'accusé clarifie : "J'ai été induit en erreur par mon patron, le dénommé Mike qui m'a appelé pour me dire qu'il m'a envoyé un colis sans me préciser le contenu. Il juste donné deux (2) contacts que je devais joindre parce que le colis leur avait été décerné", a expliqué le principal accusé, Pape H. J. Coly alias chinois, soutenant ne pas en revenir lorsqu'il a su que le colis contenait de la cocaïne.

"Quand j'ai reçu le colis, j'ai appelé les 2 contacts qui m'ont donné rendez-vous dans une station Elton avant de rejoindre ensemble leur appartement. Arrivé là-bas, ils ont ouvert le colis et à ma grande surprise j'ai su que c'était de la drogue. J'avais tellement peur quand j'ai vu les emballages, c'était la première fois que je voyais une telle chose", a-t-il confié au juge. Que s'est-il passé après?, lui lance ce dernier. Le prévenu poursuit ses explications.

"Ils ont sorti des emballages du colis et m'ont demandé de patienter à côté le temps qu'ils en fassent des boulettes, une cinquantaine. Ils ont procédé au reconditionnement et m'ont remis le colis à remettre à Mike. D'ailleurs quand j'ai rencontré celui-ci, je lui ai clairement dis qu'il m'a fait faire une chose que je n'ai pas aimé et que je ne referai plus jamais. Il a abusé de mon ignorance. J'ai fait de Mike mon mentor parce que je lui faisais tellement confiance", a-t-il soutenu. Devant la barre, "Chinois" a confié n'avoir aucun lien avec le trafic de drogue car n'étant pas fumeur, ni consommateur encore moins vendeur.

Interrogés à leur tour, ses coaccusés D. Nkondadi (23 ans), S. Carlos Desanogueiro (26 ans) et T. Génipro Desanogueiro (27 ans) ont tous clamé leur innocence expliquant que les policiers sont intervenus peu avant la soirée.

"C'est vers les coup de 18H que les policiers sont venus pour fouiller l'appartement, rien n'a été trouvé par devers moi", dira T. Génipro Desanogueiro.
"On était tous là dans l'appartement sauf Pape H. J. Coly qui était au niveau des escaliers. À un moment donné, nous avons entendu du bruit à la porte et lorsqu'on a approché pour ouvrir, nous sommes tombés sur les policiers qui ont fouillé la maison avant de trouver de la cocaïne enfouie dans la poubelle", a ajouté S. Carlos Desanogueiro.

De son côté, D. Nkondadi approuve être interpellé dans l'appartement qui est une propriété de son oncle. Il a aussi été interpellé sur la présence d'une balance électronique et d'un rouleau de scotch trouvés dans la demeure. "La balance m'appartient et je l'utilise pour les aliments", s'est-il justifié.

Dans son réquisitoire, le ministère public a confirmé le délit d'offre et ou cession de drogue incriminant le principal accusé, Pape H. J. Coly qu'il déclare coupable des faits qui lui sont reprochés et invite la cour à le condamner à 2 ans ferme d'emprisonnement. Le parquet, a par ailleurs, requis la relaxe des 3 coaccusés au bénéfice du doute.

Dans sa plaidoirie, la défense a essayé de démontrer l'inexistence du délit d'association de malfaiteurs.
"Rien dans ce dossier n'établit le délit d'association de malfaiteurs. Ce qui est constant dans ce dossier c'est qu'on a trouvé 1 gramme de cocaïne dans l'appartement.

Sur l'offre ou la cession de drogue également, il n'y a pas de preuve matérielle qui démontre que les prévenus ont cédé de la drogue. On nous dit qu'une balance électronique et un rouleau de scotch ont été également trouvés dans l'appartement. Évidemment, il y avait une balance utilisée à des fins domestiques", ont fait savoir les conseils de la défense. Pour eux, le seul élément sur lequel, il faut discuter reste la détention de drogue.

Les avocats ont plaidé pour la relaxe des prévenus et invité la cour à requalifier les faits de détention en faveur de Pape H. J. Coly.

Dans son verdict, le juge a suivi la réquisition du parquet relaxant ainsi les prévenus du délit d'association de malfaiteurs. Il a requalifié les faits de cession de drogue en détention pour le sieur Coly et l'a condamné à un emprisonnement ferme de 1 an.
Vendredi 11 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :