Cessation du financement des projets d’énergie fossile : le Syndicat des travailleurs du Pétrole et des Énergies (SNTSPE) manifeste son désaccord et appelle les autorités à continuer leur élan.


Dans un communiqué qui nous est parvenu, le Syndicat National Des Travailleurs du Secteur du Pétrole et des Énergies (SNTSPE) dénonce avec la dernière énergie, la décision prise par 19 pays de ne plus financer les projets d’énergie fossile de l’étranger. « Lors de la conférence internationale sur le climat COP 26 tenue à Glasgow, des pays du Nord ont annoncé mettre un terme d’ici la fin 2022 au financement à l’étranger de projets d’énergie fossile sans techniques de capture de carbone.
 
Ce plan inclut pour la première fois, gaz et pétrole et promet de réorienter cet argent vers des énergies renouvelables, » lit-on dans le communiqué.
 
 
 
Le SNTSPE laisse entendre qu’il ne peut être en phase avec la décision de ces 19 pays « d’anéantir l’élan des pays du Sud comme le Sénégal pour tirer profit des ressources du pétrole et du gaz. Ces pays, qui ont pollué pendant des années la planète, sont uniquement responsables de la situation du réchauffement de la terre et veulent empêcher à l’Afrique de profiter de ces ressources pour garantir son envol économique et social. »
 
 
 
 
 
 
 
Le communiqué souligne également que le Sénégal s’est ainsi engagé avec l’accompagnement de ses partenaires techniques et financiers vers d’importantes réformes aussi bien structurelles que juridictionnelles pour une bonne gestion de ces ressources avec un alignement de sa contribution déterminée au niveau national actualisé pour répondre au contexte de production future d’hydrocarbures dans le respect des accords de Paris dont elle est signataire (zéro torchage de routine dans les projets en développement au Sénégal).
 
 
 
Il est à noter également, selon le communiqué, que les découvertes de gaz et de pétrole dans notre pays ont induit un changement de paradigme important dans la politique énergétique du pays par le développement d’une stratégie « gas to power ». Celle-ci déjà incluse dans la stratégie économique du pays permettant un développement inclusif du pays grâce à la démocratisation d’un accès à une énergie de qualité en quantité suffisante et plus respectueuse de l’environnement.
 
 
 
Pape Bakary Traoré, Secrétaire général dudit syndicat, d’exhorter les autorités à prendre avec courage leur responsabilité pour que ces ressources pétro-gazières soient exploitées au plus grand bonheur des populations. Et que le Sénégal a cette opportunité de se développer et booster sa croissance grâce aux ressources naturelles et à l’énergie fossile.
Samedi 4 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :