Casamance / Yancouba Sagna, Maire de Sindian : «Les coupeurs de bois opèrent entre 17 heures et 20 heures»


« C’est au cœur de la forêt qu’ils opèrent. C’est les comités villageois qui nous informent de leur présence. Malheureusement, ils ont de ses moyens sophistiqués qui leur  permettent de se déplacer très facilement sans être inquiétés. Avant de venir opérer, ils élaborent leur cartographie au cas où ils seraient inquiétés par les forces gouvernementales. Ils commencent leur forfait à partir de 17 heures et s’arrêtent à 20 heures. Jusque tard la nuit, ont entend les bruits des machines et les chutes des armes. Le matin, on ne constate que les dégâts. Nous comptons sur l’accompagnement de la presse et du réseau des journalistes pour dénoncer ces fléaux. Et nous espérons qu’avec leur voies et plumes, les autorités réagiront. Il y aura un éveil de conscience contre ce trafic international. Quand les gens parlent de Cop21 et Cop22, alors que la coupe est toujours visible en Casamance, il y a un paradoxe. Car ce sont les signataires des conventions et traités environnementaux qui soutiennent les coupeurs. C’est malheureux. Le village de Diédièle dans la commune de Sindian paie le plus lourd tribut de cette coupe. Il n’y a plus de veine dans cette localité. Les scieries sont au long de la frontière gambienne... »    

 
Vendredi 25 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :