Campagne présidentielle 2019 : Pourquoi l'armement des milices et gardes du corps privés est désormais interdit...


Les incidents qui se sont déroulés à Tamba occasionnant la mort de trois militants de Benno Bokk Yaakaar, ne laissent pas de marbre les autorités étatiques. Dès que les milices de Issa Sall ont été désarmées et arrêtées, le candidat du PUR a été vite placé sous la protection de la Gendarmerie qui l’a conduit à Dakar.
Ainsi, le Gouvernement du Sénégal par le biais du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a pris de nouvelles mesures pour le bon déroulement de la campagne électorale. 
L'armement des milices ou gardes rapprochées privées est désormais interdit. Les candidats à la présidentielle sont dorénavant placés sous la protection de la Police et de la Gendarmerie. Les autres responsables de partis ou militants qui organisent des caravanes partout au Sénégal sont interdits d’utiliser des milices ou gardes du corps armés. Quiconque le fera sera explosé à des sanctions allant jusqu’à l'arrestation du leader. Celui qui utilisera ces milices armées le fera aussi à ses risques et périls. L’usage d’armes blanches ou d’armes à feu est formellement interdit.
La Police et la Gendarmerie sont mobilisées pour que l’ordre règne durant cette période de campagne. 
Mardi 12 Février 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :