Campagne de parrainage à Orkadiéré : " Nous avons déjà dépassé les 40 000 électeurs... Le parrainage est une formalité pour nous " (Daouda Dia, questeur à l'Assemblée nationale)


Profitant des 72h socioculturelles de  Orkadiéré, le député-maire de la commune, Daouda Dia n'a pas manqué d'insister sur la nécessité pour les populations de s'investir énergiquement dans la campagne de parrainage aux côtés du président Macky Sall dans le département de Kanel. "Depuis que nous sommes aux côtés du Président Sall en 2008 bien avant la naissance de l’Apr, nous avons gagné le département de Kanel. Nous avons les meilleurs résultats dans tout le département depuis lors. Avec l’arrivée du Président Sall, nous avons également gagné toutes les élections en étant toujours premier. C’est la raison pour laquelle que quand on parle de parrainage c’est une formalité pour nous. Parce que là où les autres ont des difficultés pour aller vers les populations nous, ce sont les populations qui viennent à nous"

En outre, le premier questeur à l'Assemblée nationale a réaffirmé sa volonté ferme de faire du département de Kanel une référence et une démonstration de leur prédominance: "On veux être premier dans tout le Sénégal en matière de parrainage du Président Sall. Le département de Kanel compte 107.000 électeurs. Au moment où je vous parle nous avons dépassé les 40.000 électeurs alors qu’on n’a même pas encore commencé réellement le parrainage. Toutes les communes sont au courant mais on n’a pas encore réellement déployé nos efforts considérablement dans toutes les communes. Et, dans peu de temps vous allez encore voir que ce département est encore en tête parce que c’est un travail de longue haleine, un travail de terrain qui a été suivi par les populations" martèlera t'il...
A la question relative aux achats de conscience dont ils se seraient coupable au sein de la mouvance présidentielle, Daouda Dia a préféré minimiser tout en précisant : "Pour ce qui est de l’achat de conscience dont on nous accuse, je dois dire que cela est le propre de l’opposition. Je ne peux accepter qu’on parle d’achat de conscience même s’il y’a des réalités au Sénégal. Le parti au pouvoir ou un parti politique a besoin de moyens pour faire fonctionner son parti. Le régime en place a des mécanismes compte tenu peut être des ressources dont il dispose à travers ses responsables qui cotisent pour le parti. Ça permet au parti de se déployer facilement et tel n’est pas le cas pour les partis d’opposition. Au Sénégal, il ne faut plus penser à voler des élections ", conclura t'il...
Dimanche 16 Septembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :