Caillassage du véhicule de seneweb.com : Synpics et Appel déplorent et manifestent leur soutien au site d'information en ligne.

Le caillassage du véhicule de reportage du site d'information en ligne, seneweb.com, jeudi soir, au quartier Ouagou Niayes, provoque l'indignation des professionnels de l’information.


Le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics) et l’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (Appel) ont publié aujourd’hui un communiqué pour dénoncer un « acte lâche et barbare ».

« Il s'agit d'un acte lâche et barbare qui, heureusement, n'a pas fait de victimes ni créé de dégâts autres que matériels », lit-on dans le communiqué du Sympics.

Le Syndicat manifeste sa « solidarité » envers les confrères du site d’information générale, invitant toute la presse engagée dans la couverture des actualités en cette période de pandémie, à « redoubler de vigilance et de prudence ».

« Le Syndicat en appelle au sens de la responsabilité des populations et les invite, quelles que soient leurs récriminations du moment, à défendre, par l'abstention à la violence, les principes de la République », poursuit encore le communiqué signé Bamba Kassé, Sg du Synpics.

Ce dernier estime que « la liberté d'informer est une valeur universelle que tout citoyen doit préserver ». Vague de soutien pour le site d'information en ligne. Appel dit avoir « appris avec consternation » l’attaque et la destruction d’un des véhicules de nos confrères.

« L’acte barbare et ignoble a été commis dans la nuit du jeudi à Ouagou Niayes alors que l’équipe composée d’un journaliste, d’un cadreur et d’un chauffeur était sur le terrain pour couvrir les manifestations des jeunes supposés réfractaires au couvre-feu », ont écrit les éditeurs et professionnels de la presse en ligne.

Lesquels ont manifesté leur soutien à Seneweb en ces termes : « Les éditeurs de la presse en ligne expriment leur soutien total et sans faille à toute l’équipe de Seneweb. Ils condamnent avec la dernière énergie cette attaque perpétrée par des jeunes malfrats aux desseins inavoués ».

L’association estime qu’ « une bonne partie des manifestations à Dakar est l’œuvre de malfrats » qui « cherchent à dépouiller d’honnêtes citoyens ou à saccager des biens publics ou privés ». 

Le patronat de la presse en ligne invite ainsi l’État à prendre les dispositions nécessaires pour protéger les honnêtes citoyens qui sont autorisés à circuler et à travailler aux heures du couvre-feu.
Vendredi 8 Janvier 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :