COVID 19 : De la chloroquine falsifiée circule en Afrique, selon l'OMS.


La ruée vers la chloroquine depuis qu'elle a été citée comme un traitement efficace contre le Covid-19 a créé un marché parallèle dans des pays de l'Afrique de l'Ouest et risque de faire des victimes si les pays où ce trafic a été détecté ne prennent pas toutes les mesures qui siéent pour y mettre un terme. L'alerte a été donnée par l'Organisation mondiale de la Santé. Elle concerne diverses chloroquines confirmées falsifiées circulant en Afrique.

« Entre le 31 mars et le 02 avril 2020, le système mondial de surveillance et de suivi de l'Oms des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés a reçu neuf signalements de chloroquine confirmés falsifiées dans trois pays. Tous les produits ont été identifiés au niveau des patients et tous ont été confirmées falsifiés », lit-on dans la note émise par l'OMS ce jeudi 09 avril.

Les pays concernés sont le Cameroun, la République démocratique du Congo (RDC) et le Niger.

Au Cameroun, renseigne le document, les produits ont pour noms « Chloroquine Phosphate » et leurs fabricants déclarés sont « Jiangsu Pharmaceutical INC » et « Astral Pharmaceuticals ».

En République démocratique du Congo, le système de surveillance de l'Oms a découvert de la Chloroquine qui serait fabriquée par « Dawa Limited » et « Brown and Burk Pharmaceutical Limited ».

Dernier pays touché par ce phénomène, le Niger voit la Samquine, la Chloroquine phosphate et la Niruquine circuler sur son territoire sans indication d'un fabricant.
Selon l'Organisation mondiale de la Santé, tous les produits cités ci-dessus sont confirmés comme falsifiés car leur identité, composition ou source sont représentés de façon trompeuse, délibérément ou frauduleusement. En clair, « les produits ne contiennent pas la bonne quantité d'ingrédient actif pharmaceutique, sur la base des résultats d'analyse préliminaire ou complète ».

Aussi, il a été noté que les « fabricants dont le nom figure sur les étiquettes des produits et les données variables des produits ne correspondent pas aux registres de fabrication d'origine. Pour certains produits, le fabricant mentionné sur les étiquettes n'existe pas.

L'Organisation mondiale de la Santé demande donc une vigilance accrue au niveau des chaînes d’approvisionnement dans les pays susceptibles d’être concernés par ces produits médicaux falsifiés. Cette vigilance renforcée s’applique aux hôpitaux, dispensaires, centres de santé, grossistes, distributeurs, pharmacies et à tout autre fournisseur de produits médicaux.

Elle rappelle que de vastes essais cliniques sont en cours pour établir l'efficacité et l'innocuité de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine dans le traitement de Covid-19 grâce à des données solides. 
Samedi 11 Avril 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :