CONDAMNATION DE KHALIFA SALL : Le PDS dénonce « une peine injuste dans le seul but de l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle.»





COMMUNIQUE DU COMITÉ DIRECTEUR

Le Comité Directeur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), s’est réuni le mardi 03 avril 2018 à la permanence nationale Oumar Lamine BADJI sous la présidence du frère Oumar Sarr, secrétaire général national adjoint et coordonnateur, à l’effet d’examiner l’ordre du jour unique suivant : situation nationale et vie du parti.
 
La situation nationale a été marquée cette semaine par deux événements majeurs : 
la condamnation de Khalifa SALL
l’adoption par le Conseil des Ministres des projets lois portant révision de la constitution et modification de la loi électorale.

Le Comité Directeur a dénoncé le procès en sorcellerie intenté contre Khalifa SALL qui a été condamné à une peine injuste dans le seul but de l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle. A l’image de ce qui a été fait à Karim Meissa Wade, candidat du PDS, la justice a été instrumentalisée pour éliminer une candidature à l’élection présidentielle. Le comité directeur met en garde le pouvoir qui s’est soumis des pans entiers de la justice pour un règlement de compte politique et demande aux juges de prendre leurs responsabilités. Le PDS apporte son soutien à Khalifa SALL et l’assure de son engagement à ses côtés et à côtés de ses sympathisants pour les luttes communes contre les violations répétées des libertés, pour l’exercice sans entrave des droits et pour le droit de chaque parti de présenter librement un candidat à l’élection présidentielle.

Analysant le projet de loi portant révision de la constitution imposant un parrainage de 1% des électeurs inscrits, le Comité Directeur fustige la décision inique du gouvernement qui, après avoir fait voter des modifications de la constitution par référendum, tente encore de nouvelles modifications qu’il soumet à sa majorité mécanique dans l’unique but de contrôler les candidatures à l’élection présidentielle.

Dans la manipulation envisagée pour contrôler les candidatures, Macky SALL, introduit :

la centralisation de toutes les opérations électorales par le Ministère de l’Intérieur tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays
l’interdiction d’utiliser l’effigie d’une personne
la modification des conditions de recevabilité des candidatures à l’élection présidentielle. Ainsi, l’inscription sur les listes électorales devient une condition substantielle de recevabilité d’une candidature, ce que la loi en vigueur actuellement n’impose pas. L’objectif caché est d’empêcher la candidature de Karim WADE en contestant son inscription sur les listes électorales alors pourtant qu’il n’a jamais été privé de l’un quelconque de ses droits civils, civiques et politiques

Le comité directeur demande au peuple sénégalais de s’opposer par tous les moyens à cette inacceptable tentative de Macky Sall de se soumettre les institutions en transformant notre démocratie en un système autoritaire au service exclusif de la famille, du clan, des amis et d’obtenir par la force un improbable second mandat.

Le comité directeur rappelle à Macky Sall, que lorsque le gouvernement, les députés et les juges exercent les pouvoirs qui leur sont délégués en violation des droits du peuple, celui-ci se donne le devoir sacré de s’y opposer par tous les moyens prévus par la constitution de la république.

Le comité directeur dénonce le manque de volonté du gouvernement qui organise à nouveau le chaos pour empêcher l’inscription des sénégalais sur les listes électorales, particulièrement les jeunes qui pourtant en masse se pressent en vain devant les commissions d’inscription. En effet, la révision exceptionnelle des listes qui devait durer six mois a été limité à deux. Dans les communes, les commissions d’inscription ont été remplacées par des commissions de révision qui n’ont compétence que pour procéder à des modifications ou transferts d’électeurs déjà inscrits. Manifestement tout est fait pour que les jeunes, qui font si peur à Macky SALL, ne soient pas inscrits. Pour cela le gouvernement n’hésite pas à travestir la loi pour ne pas l’appliquer.

Le comité directeur du PDS appelle les partis politiques, tous les partis politiques de l’opposition, la société civile, les syndicats et les citoyens à unir leurs forces, taire les querelles et dans un seul élan se mobiliser et se battre contre les tentatives de Macky SALL de passer en force en se donnant le droit exclusif de choisir ses adversaires en détournant par ce fait la souveraineté du peuple.

Le comité directeur appelle toutes les forces de sécurité à la retenue et les invite à être du côté du peuple qui exerce ses droits constitutionnels à la marche pacifique. Il demande également aux juges qui rendent la justice au nom du peuple de prendre leur responsabilité et d’exercer les devoirs de leurs charges dans le strict respect du peuple et de la loi au lieu d’être le bras armé d’un pouvoir politique en phase terminale.

Dakar, le 03 avril 2018
Mercredi 4 Avril 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :
QUI EST EN CRISE !

QUI EST EN CRISE ! - 17/07/2018