CAMAPAGNE DE PROPAGANDE DU MOUVEMENT DES FORCES DÉMOCRATIQUES DE LA CASAMANCE : Et de deux pour Salif Sadio mais attention


Décidément Salif Sadio, le chef de guerre de l’aile armée du mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) du nord Sindian, a eu gout et remet ça encore. Dans un communiqué qui nous est parvenu, Salif Sadio, absent de la rencontre de Koudiounghor appelle à nouveau à une réunion publique d’information pour communiquer avec la population. Sauf que pour cette fois-ci, ce n’est pas  dans un village lointain, quasi inaccessible, ou encore une localité de non droit mais à Thionk Essy. La capitale du Blouf. La commune qui avoisine plusieurs villages. C’est ici, dans ses racines (Karthiack) non loin que Salif Sadio vient ce samedi pour rencontrer la population du Blouf, discuter avec elle, véhiculer son « idée d’indépendance », convaincre les populations de cette localités du grand département de la région de Ziguinchor à adhérer à sa cause. Salif Sadio a eu l’écho de la réunion de Koudiounghor qui a vu la participation de plusieurs individus venus des quatre coins de la « Casamance historique, politique, géographique » comme l’ont dit ses lieutenants samedi dernier qui balaient d’un revers de main le terme tant utilisé « la Casamance naturelle ». Le combattant du Mfdc profite de cette opportunité offerte par l’Etat du Sénégal pour remobiliser ses troupes et faire adhérer plusieurs personnes à la cause indépendantiste qu’il défend mordicus. Sachant qu’il perdait du terrain avec la population même celles des villages qui sont proches de ses bases qui ont laché du lest depuis des décennies, il a réussi à faire signer le président de la République que d’aucuns appellent un coup de flanche. Les deux parties ont signé à Rome un certain nombre de principes dont celle-ci qui arrange plus le Mfdc. «Permettre au Mfdc d’organiser des rencontres publiques civiles dans les villages voire villes de la Casamance avec la population pour rendre compte du processus de négociation avec l’Etat du Sénégal.» Une occasion qui permet à Salif Sadio d’être en contact avec la population, les convaincre à s’organise autour de comité. C’est ce qui a lieu à Koundiounghor. Dans ce village historique créé par Ahoune Sané, les lieutenants de Salif ont réussi à convaincre les différentes délégations venues de partout à s’organiser autour de comité. Cette rencontre de Thionk Essyl a été programmée de concert avec les délégations venues du Blouf à Koudiounghor. Lors de la communication d’un de ses lieutenants, il s’agit de Ousmane Diédhiou, il avait depuis Koudiounghor en langue locale « N’ayez pas peur. Il n’y a plus de quoi avoir peur. Le Sénégal a ratifié une convention qui nous permet de vous rendre compte chaque fois il est de besoin. Même si vous nous appelé à Ziguinchor, nous viendrons. Constituez-vous en comité et invitez-nous, nous viendrons vous rendre compte » avait-il martelé. Une déclaration qui a permis à la délégation du blouf d’avoir le courage de convoquer, le Salif Sadio. Selon nos sources, après Bignona sauf déprogrammation de dernière minutes minutes ça sera une autre commune non loin de Bignona, la capitale départementale. Car l’objectif, c’est d’organiser ces réunions dans les capitales régionales de la Casamance quils parlent (Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et Kédougou) car ils ont dit que la Casamance est frontalière au Mali. Elle s’étendrait de Diogué à Gouloumbou » ronronne Ousmane Diédhiou. 
A Koudiounghor, beaucoup de comités se sont organier et les combattants ont désormais les noms des différents comités des différentes zones. Cette deuxième rencontre populaire permettra à d’autres comités de se mettre en place. 
L’Etat est très remonté contre Salif Sadio
Selon nos sources bien au parfait du processus de paix, l’Etat est plus que remonté contre Salif Sadio. Sa communication à Koudiounghor a mis les plus hautes autorités dans tous leurs états. Elles n’avaient pas pensé en signant et acceptant certaines exigences de Salif Sadio, c’était lui permettre de mener une grande campagne de propagande. Une campagne qui lui permet de réveiller la haine, de mettre le doigt dans la plaie, de revenir sur des déclarations râtées du président de la République à Bignona lors de la campagne électorale, de l'ancien ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall qui avait soutenu que "Ousmane Sonko ne sera jamais président de la République du Sénégal" et enfin remettre en cause le processus de paix. Un processus qui a permis l’installation de l’accalmie depuis 7 ans. Une campagne qui lui a permis de remettre ne cause plusieurs années de discussions, de vilipender les structures qui s’activent dans la recherche de la paix. 
Piège contre Salif Sadio
Notre source nous informe aussi dans la foulé un piège contre Salif Sadio qui s’il ne fait pas attention, les armes vont tonner à nouveau. Cans le protocole d’accord, selon, elle, est bien mentionné « des rencontres civiles ». Contrairement à Kousdiounghor, les lieuteants de salif ont été escorté par quatre « soldats » armés jusqu’en dents. En plus, des éléments circulaient dans le village et d’autres ont fini d’encercler le village et veiller aux grains avec des armes semi-lourdes. A Thionk Essy, Est-ce ça sera le même format, où lui ou ses émissaires viendront sans escortes et en plus quadriller Thionk Essy ? En tout cas on ne saurait le dire.   
Baye Modou SARR
Vendredi 3 Mai 2019
Dakaractu




1.Posté par jb le 04/05/2019 13:58
Salif SADIO doit être fou pour penser pouvoir diviser ce Sénégal!
Bien des années avant d'entendre dire que "Sonko ne sera jamais Président de la République", tout le monde a eu à entendre qu'un tel (particulièrement Idrissa SECK) ne sera jamais Président, et cela n'a dérangé personne. N'est ce pas Baye Modou SARR? Fallait rappeler cela!!!
Le Sénégal reste UN et INDIVISIBLE !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :