CAF AWARDS 2019 - Me Augustin Senghor traite Pape Diouf 'de petit Africain au chapeau melon', déchire le choix porté sur Hervé Renard avant de valider le sacre de Salah


Le Président de la fédération Sénégalaise de football, visiblement le moral au raz des pâquerettes, digère encore très mal le choix porté sur Hervé Renard comme meilleur entraîneur Africain de l'année au détriment du Sénégalais Aliou Cissé. Pour lui, (et il l'a dit dans le Grand Jury de ce dimanche), il y a erreur dans la désignation, car le Sénégalais a  tout au long de l'année, complètement dominé ses concurrents.  '' Je pense que Hervé Renard, lui-même, devrait se dire que c'était surprenant qu'il soit élu. Je crois qu'il  y a un problème par rapport aux critères de choix. Aujourd'hui, les statistiques sont parlantes pour Aliou Cissé. Il  n'y a pas photo sur cette saison entre les entraîneurs Africains. Il a été de loin le meilleur et de bout en bout. Aliou n'a pas pratiquement perdu de matches officiels mis à part celui perdu en coupe du monde. '' Augustin Senghor de regretter avant de persister. '' Il y a aussi le fait qu'en Afrique on ne puisse pas valoriser l'expertise locale. Hervé est presque Sénégalais de cœur mais... Sur les résultats, Aliou Cissé est en avance sur tout le monde. ''

Pour ce qui concerne la défaite enregistrée par le Sénégalais Sadio Mané, pour la deuxième fois consécutive devant Mo Salah, le Président de la fédération Sénégalaise de football se voudra moins expiatoire. Pour lui, le choix suit une logique acceptable. ''Je ne suis pas tellement surpris. Depuis quelques années,  Sadio et Salah se tiennent de très près. Sur cette année, au courant de la saison, Sadio était en avance. Maintenant,  sur le tournant, on a vu Salah se réveiller et certainement dépasser dans l'esprit de ceux qui votent Sadio Mané... Sadio fait briller Salah. Jamais Salah n'a été aussi prolifique qu'il l'est maintenant. Je pense qu'il faut repenser ces histoires de ballon d'or et ne pas en faire une affaire qui se résume au nombre de buts marqués. ''

Augustin Senghor d'estimer, toutefois, que le numéro 10 de la tanière est victime de critiques sévères formulées à son encontre par les Sénégalais eux-mêmes, alors qu'il fait partie des trois meilleurs joueurs Sénégalais de tous les temps. '' On a l'habitude d'être critique, très dur avec lui en équipe nationale. Alors qu'il fait partie des joueurs les plus décisifs en équipe nationale. Il faut regarder les statistiques. Vous verrez qu'il nous rend beaucoup de services. Notre équipe avec ou sans Sadio n'est pas forcément la même. Il faut apprendre à le chérir, à le protéger. Les Sénégalais ne l'aident pas à se transcender. Alors qu'il ne traîne pas les pieds avec la sélection. Aubameyang, par exemple, joue un match sur deux avec le Gabon....Aucun joueur dans l'histoire du football Sénégalais n'a fait le parcours qu'il est en train de faire. ''

Interpellé sur la sortie musclée de Pape Diouf à l'encontre des dirigeants du football en Afrique, Augustin Senghor fera preuve d'intransigeance. '' Je pense que sur cette question, il n'a pas raison. Globalement, je ne me suis pas retrouvé dans le Pape Diouf que je croyais connaître. Surtout quand il dit que nous sommes une chambre d'enregistrement... La question que je lui pose c'est où se situe Marseille dans la carte de l'Afrique ? Être Président de Marseille! '' Augustin de classer l'ancien Président de l'équipe phocéenne dans la catégorie de '' ces Africains qui se comportent en petits Africains avec un chapeau melon. C'est à dire parce qu'ils ont fait des choses en Europe, il se croient permis de donner des leçons. Je le respecte beaucoup et je continue à le respecter, mais je pense qu'il a tout faux... ''
Dimanche 13 Janvier 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :