Blocage des footballeurs internationaux africains par leurs clubs dans la zone européenne : Une disposition discriminatoire de la FIFA ?


« Les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 ont décidé à l'unanimité ce mercredi 17 mars d'appliquer la circulaire FIFA du 5 février 2020 tenant compte des nombreuses restrictions de déplacement dans le monde… Dans ce contexte, les clubs ne mettront pas à disposition des sélections les joueurs étrangers convoqués pour des matchs hors de la zone UE/EEE durant la prochaine période internationale du mois de mars. » 

 

Une décision fortement contestée et surtout incompréhensible du fait de son caractère partial et inéquitable. Au moment où des joueurs africains restent coincés dans leurs clubs lors de la fenêtre du mois mars et avril, leurs coéquipiers pourront se déplacer sans tracasserie dans la zone européenne et auront toute la latitude de rejoindre leurs diverses sélections.

 

La circulaire 17/49 datant du 5 février de la FIFA permettant aux clubs situés dans la zone européenne de retenir leurs footballeurs internationaux africains est-elle discriminatoire ? Ce qui est sûr c’est que cette décision a suscité une vague d’indignation chez certains entraîneurs tels que le sélectionneur du Maroc Vahid Halilhodzic qui a ouvertement dénoncé l’attitude de FIFA et des clubs européens en qualifiant la circulaire de «injuste, presque immorale» allant même jusqu’à sous-entendre dans les colonnes de Afrik-sport, qu’il y aurait un fond de discrimination sportive derrière cette mesure. Il ira même jusqu’à encourager les internationaux africains à faire face et rejoindre leurs sélections respectives en cas de convocation.

 

Hasard ou coïncidence, la suspension des éliminatoires de la zone Sud-américaine fait que les internationaux issus de cette partie du globe ne seront nullement touchés par cette circulaire de la FIFA. Quoi qu’il en soit, il serait impensable de prétendre interdire la sélection à Lionel Messi ou à Neymar. Pendant ce temps, la star africaine de Manchester City Riyad Mahrez reste bloquée chez les Citizens. Un cas qui pourrait s’élargir au ballon d’or africain 2019, Sadio Mané que les Reds de Liverpool peuvent également retenir en Angleterre sur la même base.

 

Face à cette situation ahurissante, les regards sont naturellement tournés vers la Confédération africaine de football (CAF) qui vient d’élire son nouveau président, Patrice Motsepe. L’instance faitière du football africain doit-elle fermer les yeux face à ce dangereux précédent qui, si toutefois il passait, pourrait être reconduit et plus tard menacer les compétitions africaines majeures telles que la Coupe d’Afrique des Nations. 

 

Au moment où l’indépendance de la CAF est plus que jamais remise en cause suite aux derniers rebondissements notés dans le processus électoral de la présidence de la CAF où le patron de la FIFA, Gianni Infantino était omniprésent...

 

De son côté, Bruno Genesio qui est à la tête du stade rennais déclarait sur Rmc sport : « Si je me mets un peu à leur place, ça peut être difficile d'être tiraillé entre le club et la sélection. » Cette décision devrait fortement impacter sur la composition des sélections notamment celles qui courent encore derrière la qualification à la CAN 2022...

Jeudi 18 Mars 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :