Bissau: sept personnes blessées dans des heurts entre la police et des partisans de l'ex-pouvoir


Bissau: sept personnes blessées dans des heurts entre la police et des partisans de l'ex-pouvoir
Des heurts ont opposé vendredi soir à Bissau la police et des partisans de l'ex-parti au pouvoir réunis pour préparer un congrès, a constaté un journaliste de l'AFP.
Au moins sept personnes ont été blessées dans ces heurts survenus au siège du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, ex-pouvoir), en face du palais présidentiel, dans le centre de Bissau, selon la même source.
La police a fait usage de grenades lacrymogènes et de matraques pour disperser les militants du PAIGC, formation historique qui a mené à l'indépendance en 1974 la Guinée-Bissau, ex-colonie portugaise.
Le PAIGC avait prévu d'organiser de samedi à mardi un congrès mais cette réunion n'a pas été acceptée par une frange du parti dirigée par un de ses responsables, Bolom Conté.
Ce dernier a saisi en février la justice pour contester le droit de l'ex-Premier ministre et chef du parti depuis 2013, Domingos Simoes Pereira, d'organiser ce congrès, arguant, selon lui, de son « mandat déjà terminé » à la tête de la formation.
Un juge du tribunal régional de Bissau a, après la saisine de M. Conté, interdit la tenue du congrès. Il a fait appel vendredi soir à la police pour faire respecter cette décision, qui a été rejetée par la direction actuelle du PAIGC et des militants.
« Nous déplorons les évènements de ce soir. Les forces de sécurité ont fait irruption au siège (du PAIGC) où se tenait une réunion du comité central du parti », a expliqué à l'AFP un porte-parole de la formation, Joao Bernardo Vieira
« Les autorités judiciaires exigent du PAIGC qu'il respecte la décision du tribunal régional de Bissau » à la suite de l'action intentée par M. Conté, a ajouté M. Vieira.
Le PAIGC, dont le chef, Domingos Simoes Pereira, a été battu au second tour du scrutin présidentiel en 2019, conteste toujours l'élection du président Umaro Sissoco Embalo.
M. Pereira a également été interdit fin février de quitter le pays dans le cadre d'une enquête sur une tentative de putsch présumée en 2021.
 
La Guinée-Bissau, petit pays d'environ deux millions d'habitants, souffre d'une instabilité politique et militaire chronique.
aye-ad-mrb/ob
© Agence France-Presse
Samedi 19 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :