Bas delta du fleuve Sénégal : Des élus à l’école de l’adaptation aux changements climatiques.


 Ils sont une vingtaine de maires de commune venant des sites d’intervention du PFNAC (Projet de Promotion d’une Finance Novatrice et d’Adaptation Communautaire dans les communes autour des réserves naturelles Communautaires) en visite d’échanges dans le bas delta du fleuve Sénégal. L’objectif visé à travers cette activité est de partager avec les élus visiteurs les résultats obtenus par le projet et d’en tirer des leçons d’adaptation aux changements climatiques.
 
En 48 heures, ces visiteurs qui viennent du delta du Saloum, du Ferlo (les écosystèmes sylvo-pastoraux) et du Niokolo-Koba (Sénégal oriental) ont pu observer les infrastructures mises en place par le PFNAC dans les communes de GANDON et de NDIEBENE GANDIOLE pour renforcer la résilience de ces communautés face aux effets adverses du climat.
 
A Ngaye Ngaye où le PFNAC a érigé une unité de conditionnement du sel, le modèle de gestion de l’infrastructure a marqué l’attention des maires. Plus de 3000 femmes regroupées dans des GIE en font l’exploitation avec un système de partage équitable et inclusif. Les élus se sont arrêtés au pont Bountou Bar où des travaux importants de réhabilitation des ouvrages d’alimentation des cuvettes contigües de Geumbeul et Ngaye Ngaye ont été réalisés pour sécuriser la production de sel. Ces ouvrages permettent de réguler l’approvisionnement des salins.
 
Le président du comité inter villageois de Gandon, Boubacar DIOP a remercié le PFNAC et ses partenaires (le FEM et le PNUD) avant d’émettre le vœu de voir une autre unité sortir de terre pour satisfaire une demande plus pressante des populations.
« Le développement d’activités génératrices de revenus dans l’exploitation des ressources naturelles et de l’environnement contribuent à renforcer la résilience de   nos communautés vulnérables face aux effets néfastes des changements climatiques. Pour cela, nous sommes fiers de partager nos expériences avec nos collègues maires des autres sites d’intervention du PFNAC », a souligné Khalilou BA, 1er adjoint au maire de GANDON.
 
La visite s’est poursuivie dans la commune de Ndiebène Gandiole, à Mouït. Ici, la délégation découvre une unité de transformation de produits halieutiques construite par le PFNAC au bénéfice des GIE de femmes des communes riveraines du Parc national de la langue de barbarie (PNBL). L’infrastructure soulage la forte pression faite sur le Parc et donne l’occasion aux bénéficiaires d’améliorer leur condition d’existence. Cette visite d’échanges s’est terminée sur une note plus environnementale avec le reboisement de la mangrove dans les plans d’eau de MBAMBARA. L’écosystème qui connaît les contrecoups des changements climatiques a été renforcé avec la mise sous terre de milliers de propagules par les maires, les femmes de MBAMBARA et les scouts de la région de Saint-Louis.
 
Mercredi 25 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :