#Balancetontranshumant : le hashtag qui veut restaurer l’éthique dans l'échiquier politique sénégalais


#Balancetontranshumant : le hashtag qui veut restaurer l’éthique dans l'échiquier politique sénégalais
Dénoncée à maintes reprises par nombre de sénégalais soucieux de l'éthique dans l'échiquier politique sénégalais, la transhumance semble continuer de faire un doigt d'honneur à ses contempteurs. Le phénomène que beaucoup croyaient en perte de vitesse persiste avec le nouveau régime. Ainsi des hommes et des femmes qui avaient crié sur tous les toits leur attachement au prédécesseur de Macky Sall lui ont pourtant tourné le dos malgré la sincérité qui enveloppait leurs dires. Une pilule amère que des sénégalais n'ont pas l'intention de laisser passer. Ils ont lancé jeudi 24 août sur Twitter, le hashtag ou mot-clic #Balancetontranshumant pour lutter contre la migration entre formations politiques sans aucune vergogne. Des hommes politiques sont tournés en dérision pour s'être dédit à cause d'une épée de Damoclès qui était suspendu sur leur tête.

Pour l'un des initiateurs de la campagne qui s'est confié à Dakaractu, “L'objectif n'est pas de s'attaquer à des hommes, mais à un système dont nous ne voulons plus”. Cheikh Koundoul poursuit : “Avant de parler de programme ou de vision d'un parti ou d'un homme nous devons assainir le champ politique. Ces hommes ne s'intéressent qu'à leur confort personnel et sont prêts à naviguer de parti en parti avec des discours mensongers”.

Selon notre interlocuteur, il est temps que les transhumants soient démasqués, mais aussi bannis des plateaux de télévision. “Nous avons besoin de modèles pour nos enfants et ils ne le sont pas”, renchérit Cheikh Koundoul. Seulement, ce genre de campagne, aussi salutaire soit-elle, n'a jamais donné l'effet escompté. Soit, parce que les initiateurs ne sont pas assez motivés où l'écho auprès des destinataires n'est pas signifiant.

Mais pour M Koundoul, #Balancetontranshumant sera l'exception. “Ceci est juste le début.Nous ne les lâcherons pas. Nous sommes en partie responsables de l'état de putréfaction de notre pays et de ces fléaux comme la transhumance qui gangrènent notre société parce que chacun s'occupe de son confort personnel en oubliant la majorité. Il est temps que les citoyens prennent une part active au devenir  de notre pays”, se convainc-t-il. A l'en croire, la pression ne faiblira pas. Les transhumants sont avertis ! 
Dimanche 26 Août 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :