BRAS DE FER À TOUBA / Les bons offices de Serigne Habibou entre les chauffeurs de camions de vidange et la mairie.


Avec la décision prise par l'Onas de fermer momentanément certaines de ses infrastructures qui servaient de déversoir aux camions de vidange, un bras de fer est né entre les propriétaires de ces véhicules et la mairie de Touba. En effet, dans l'obligation de trouver d'autres lieux pour deverser leurs cargaisons, les camionneurs sont désormais obligés d'aller vers les sites indiqués par la marie.  Seulement, ces derniers refusent de payer la taxe additionnelle qui leur est imposée par le maire et qui se chiffrerait entre 1000 francs et 1500 francs par voyage.

Approché, un des responsables des camions de vidange explique que cette taxe ne se justifie pas . "Nous payons pour chaque véhicule et par mois une somme de 25 000 francs. Comment la municipalité peut-elle se permettre de nous imposer cette nouvelle dépense ? Nous refusons catégoriquement et nous envisageons de prolonger cette grève si jamais la médiation de Serigne Habibou Mbacké Ibn Serigne Fallou n'aboutit à rien".

C'est, d'ailleurs, la médiation de ce chef religieux qui permet de garder espoir qu'un dégel pourrait avoir lieu.  En effet, plusieurs centaines de maisons se sont retrouvées avec des fosses sceptiques débordées surtout avec le concours désastreux des dernières eaux pluviales. Au moment où ces lignes sont écrites, les négociations se poursuivent. Affaire à suivre...
Jeudi 20 Août 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :