BOPOU THIOR souffre terriblement, l'Etat l'observe tranquillement.

Vivre dans cette ile mystique, c’est savourer au quotidien le goût le plus amer de la souffrance. L’oubli des autorités dont ce lieu de mémoire est victime, plonge près de 500 personnes dans un désespoir devenu maintenant familier.


Privé d’eau 
  
Situé à justes 3 mètres de Goxu Mbacc, Bopu THIOR ne dispose pas d’eau potable. Pas un seul forage malgré les appels au secours incessants. Pour s’abreuver de cette source de vie, les populations s’alimentent depuis Goxu Mbacc en transportant des bidons à bord de pirogues. Cette circonscription intégrée curieusement dans la Commune de GANDON n’a eu la chance de rencontrer son maire qu’aux dernières élections législatives. L'édile Khoudia MBAYE n’y était pas venue auparavant.  
  
Pas possible de se soigner 
  
À Bopou THIOR, il n’y a pas une seule structure de santé. Il est arrivé que des femmes accouchent dans des pirogues alors qu’on les transportait au centre hospitalier régional de Saint-Louis. Anna NDIAYE, une des notables,  sert de matrone. Sans eau potable, elle est placée dans l’impossible de secourir les dames en instance d’accouchement. 
  
Privé de l’électricité 
  
C’est comme si cette localité était bannie par Plan Sénégal Émergent (PSE) du président Macky SALL. Ici chaque nuit est une tragédie. Des hordes de phacochères sèment la terreur. Ces animaux pourchassent les hommes et détruisent toutes les maigres plantations. Les nombreuses sollicitations auprès des autorités pour l’installation, au moins, de panneaux solaires n’ont toujours pas reçu de réponses favorables. Le manque d’électricité freine gravement le développement d’activités économiques dans le village et plonge les habitants dans l’isolement et la désuétude la plus totale. 
Lundi 27 Novembre 2017
NDARINFO.COM



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :