BAMBOULA AU MINISTÈRE DU COMMERCE : Alioune Sarr affecte des véhicules à sa famille

Ça sent le népotisme dans la gestion du ministre du Commerce, selon une mise au point du Syndicat national des Agents de l’Administration du Commerce (SYNACOM) qui a pour objet de recadrer le débat sur la gouvernance du secteur et de rétablir la vérité des faits, suite au communiqué du Conseil des ministres en date du 11 janvier dernier.


BAMBOULA AU MINISTÈRE DU COMMERCE : Alioune Sarr affecte des véhicules à sa famille
Le Syndicat national des Agents de l’Administration du Commerce (SYNACOM) a pondu hier un communiqué pour dénoncer la gestion du ministre de tutelle.
En effet, mentionne le texte, « depuis quelques temps, l’attitude incommodante du Ministre en charge du Commerce dans la gestion du Département annihile de plus en plus les efforts consentis au quotidien par les agents. Par ailleurs, le Management du Ministre en charge du Commerce, pour un Département aussi stratégique, souffre de beaucoup d’insuffisances en particulier dans la gestion de certains dossiers et dans les rapports avec le SYNACOM et le personnel. »
Et de signifier que les cas du Marché d’intérêt national et de la Gare des gros porteurs méritent une attention particulière. « Comment comprendre, après tous les efforts consentis pour ces projets phares du PSE, (les seuls initiés par notre département et concrétisés à l’état actuel) que la gestion soit maintenant confiée à une autre structure, excluant de facto le Ministère de l’exécution dudit plan ».
En outre, après avoir « consacré une grande partie du budget 2016 à l’acquisition d’un véhicule neuf, sans raison objective, le Ministre s’est permis d’affecter, comme il l’avait déjà fait, des véhicules à des personnes et des structures qui n’ont aucune relation avec l’Administration du Commerce, au mépris des dispositions règlementaires en vigueur. En attestent les véhicules distribués systématiquement au personnel politique et à sa famille en priorité au détriment des services techniques et des agents. Ces actes ainsi posés prouvent encore une fois l’érection du clientélisme politique en mode de gestion mais consacre surtout le manque d’égards et de considération vis- à-vis des agents du Commerce. »
Dans la même dynamique, le communiqué fait état d’une attitude qui se traduit aussi dans l’exclusion des cadres dédiés à l’Administration du Commerce dans le choix du personnel de direction des agences sous tutelle du département. Au-delà de ces actes, l’on s’insurge énergiquement contre l’absence de réactions d’Alioune Sarr après les courriers qui lui ont été transmis depuis le mois de mai 2016 notamment.
« Cette situation s’explique, en grande partie, par ses absences répétées du territoire national et révèle son désintérêt manifeste sur les sujets qui interpellent directement son Département. Pire encore, elle traduit une incapacité notoire à s’autosaisir de ces questions pour défendre des positions techniques en vue d’apporter au Gouvernement et à l’opinion nationale des éléments d’information objectifs et clairs », lit-on dans le document.
Toutefois, le SYNACOM salue et encourage toute forme d’amélioration des conditions d’intervention de l’Agence de régulation des marchés dont le combat de ses agents a toujours été le sien.
A ce titre, il a attiré l’attention du ministre, à travers la lettre restée sans suite, sur la précarité de la situation du personnel et des ressources très modestes allouées à l’Agence. « L’appui de l’Agence est aujourd’hui plus que d’actualité compte tenu de l’ampleur de ses responsabilités définies dans le décret n° 2013-997 du 16 juillet 2013 et de la modestie de ses moyens juridiques, matériels et humains », conclut le texte.
Mardi 21 Février 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :