Avis des koldois sur le nouvel avion présidentiel.


Nous avons effectué un micro trottoir à Kolda ce mardi 26 mai avec pour sujet, l’achat du nouvel avion présidentiel. Ainsi, la parole a été donné aux citoyens, aux hommes politiques et à la société civile pour qu'ils se prononcent sur la question qui fait couler beaucoup d’encre. 



Momath Sall (jeunesse Apr de Kolda), d’avancer : « je pense qu’il n’y a aucun problème à acquérir un avion présidentiel. Je me dis que le président de la République est une institution,  le garant de notre sûreté et de notre sécurité. Et cela doit commencer par lui. Et l’achat de cet appareil est juste pour assurer la sécurité des déplacements de nos chefs d’État à l’étranger. Et cet avion pourrait servir à autre chose comme le déplacement de l’équipe nationale de football. »  

D’ailleurs, il précise : « quand le président se déplace pour des missions diplomatiques, c’est notre pays qui y gagne. Pendant ces voyages, il rencontre les partenaires financiers qui vont investir au Sénégal. C’est une urgence d’assurer un moyen de déplacement efficace à notre président. Avec ses partenaires techniques et financiers à l’étranger, il faut qu’il se déplace avec des moyens sûrs. Quant aux problèmes de la jeunesse, il a déjà posé les jalons en organisant un conseil présidentiel et en instruisant à son gouvernement d’achever les chantiers en cours et entamer d’autres pour le futur. » 

Ceux de l’opposition ne partagent pas la même opinion que lui car ils estiment que l’urgence demeure dans l’emploi des jeunes, la santé, l’éducation etc. 

 

Seydou Fall (SG Ujtl) estime qu’il est meurtri par l’achat de cet avion en plaquant les urgences actuelles. En ce sens, il poursuit « je crois que le président de la République n’a pas bien saisi le message ou il ne comprend pas le peuple. Ou bien il ignore aussi ce qu’on pourrait dire « les urgences » .  

C’est pourquoi, il trouve que l’urgence n’est pas d’acheter un avion à un prix pharaonique. Mais plutôt «  à renforcer les hôpitaux, à recruter des médecins, construire des routes, améliorer l’éducation. Avec ce montant combien de jeunes pourraient être employés avec un salaire décent. Il y a tellement de régions dans le pays qui sont des grands malades et je pense que Kolda est la plus malade. Il y a le centre délocalisé de l’université Assane Seck de Kolda qui n’arrive pas à être achevé. Je pense qu’on a même oublié que cette université constituait une urgence pour un pays qu’on veut développer. Aujourd’hui, l’hôpital régional devenu un lieu de désespoir devrait être inscrit dans les super priorités du président. Nous attendons toujours notre domaine agricole de Fafacourou qui tarde à être réalisé au lieu de s’aventurer à des dépenses qui vont aux antipodes des intérêts communs. Je pense que le président de la République ferait mieux de s’occuper des urgences des sénégalais au lieu d’enrichir d’autres pays… » 

Fatou Cissé (société civile) il est temps que les autorités revoient leur copie politique. En tant que « jeune, je ne peux pas comprendre à cette heure où nous avons beaucoup d’espoir qu’on joue au dilatoire. Je pense que l’avion c'est bien, mais le problème de l’emploi des jeunes devait primer sur tout dans ce pays avec celui de la santé et de la formation professionnelle. Cet argent aurait pu servir à financer beaucoup d’activités par région où les jeunes y compris les populations vont avoir de la plus-value mais hélas ! »,  se désole-t-elle.  

Pour Joseph Marcel Nakigan (Bokk gis gis), « le président n’a pas compris le message du peuple sénégalais. Aujourd’hui, l’heure est à la réinsertion des jeunes. Mais je trouve qu’il a clignoté à droite pour tourner à gauche. Il faut que le président sache que le peuple souffre et ce n’est pas le moment de s’acheter un avion à un prix exorbitant. Je crois qu’on devrait se tourner vers des objectifs raisonnables et raisonnés… » 
Mercredi 26 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :