Avis de 71,7% des sénégalais : Les cas de corruption sont imputables aux démembrement de l'État (Rapport Ofnac)


Avis de 71,7% des sénégalais : Les cas de corruption sont imputables aux démembrement de l'État  (Rapport Ofnac)
Dans le cadre de la quinzaine nationale de la lutte contre la corruption, l'Office nationale de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), a posé l'acte 1 d'un programme d'activités sous la forme d'un atelier.

Mais bien avant cela, une étude sur la "perception et le côut de la corruption au Sénégal" a été réalisée, par le cabinet Synchronix. À travers cette enquête, un échantillon de 2336 individus se sont exprimés sur l'ampleur du phénomène. L'enquête concerne 7 catégories de cibles sur l'ensemble du territoire national. Au final, un rapport a été publié, à la demande de l'Ofnac. 

Le constat est amer : la pratique corruptive est présente dans le quotidien des sénégalais. Les enquêtés sont d'avis que "l'État (71,7%) et les citoyens (53%) constituent les acteurs principaux". Autrement dit, 71,7% des sénégalais estiment que les cas de corruption sont imputables aux démembrement de l'État. Le document révèle,  par ailleurs, que "la corruption est un phénomène bien connu (99%) et bien répandu (taux cumulé de 91%) au Sénégal". Mieux, 93% des personnes ressources connaissent la corruption, si l'on en croit le rapport. 95,3% dans le grand public et 61,7% chez les professionnels, attestent la présence de la corruption dans leur environnement immédiat.  "Celles-ci (les pratiques de corruption) peuvent émaner d'une proposition par un usager, de verser une contrepartie à un agent, en échange d'un service gratuit ou de la sollicitation de cette contrepartie par l'agent lui-même. Ces deux types de pratiques corruptives sont les plus connues au Sénégal", lit-on dans le document de l'Ofnac. Toutefois, le rapport a montré que "le secteur public est perçu comme celui où les cas de corruption sont les plus nombreux (93%). 
Mercredi 20 Décembre 2017




Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018