« Au Sénégal les forces de l’ordre n’ont pas pour tradition de protéger les candidats » (Bathie Ciss, Benno bokk yakaar)


« En 2012, les tensions étaient plus vives. Il n’y avait pas de forces de l’ordre pour protéger les candidats. En 2000, les tensions étaient beaucoup plus vives, à l’époque également il n’y avait pas de forces de l’ordre pour protéger les candidats. C’est pour dire qu’au Sénégal les forces de l’ordre n’ont pas pour tradition de protéger les candidats en temps de campagne électorale. Les politiques, de tous les bords, ont toujours eu recours à des milices privées », a réagi Bathie Ciss de Benno bokk yakaar et porte-parole des cadres de l’Alliance des forces de progrès.

Le progressiste a, de la tribune de « Sur un air de campagne », sur Dakaractu Tv ce jeudi, félicité le ministre de l’Intérieur qui a donné des instructions utiles aux forces de sécurité aux fins d’apporter une meilleure protection aux cinq candidats.  

 « Le réveil sera très brutal au soir du 24 février pour cette opposition », ajoutera ce collaborateur du président Moustapha Niasse, qui reproche à Idrissa Seck de se retrancher derrière des soutiens qui ne pèsent pas lourd politiquement, pour avoir été recalés à l’issue des opérations de parrainage. « S’ils étaient aussi forts, ils n’allaient pas être recalés. Durant les élections législatives de 2017, ils étaient tous dans une même coalition et ils avaient perdu », justifie M. Ciss.

 
Jeudi 14 Février 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :