Attaque contre un camp des Fama à Indelimne : le bilan s'alourdit...


Le bilan de l'attaque contre un camp de l'armée malienne à Indelimane, dans le nord-est du pays, près de la frontière avec le Niger,  s'est alourdi.
Selon le ministre malien de la Communication, Yaya Sangaré, les renforts ont retrouvé 54 corps dont 53 soldats et 1 civil. Le porte-parole du gouvernement malien d’ajouter que 10 rescapés ont été récupérés par les éléments des Fama venus en appoint.
Du matériel militaire a été détruit par les assaillants dont on ne sait que peu de choses pour l'heure. Mais tous les regards sont tournés vers les organisations terroristes. 
Cette attaque est l'une des plus sanglantes subies par l'armée malienne qui continue de prêter le flanc face aux groupes jihadistes qui pullulent au nord et au centre du pays depuis des années. 
Début octobre dernier, un bataillon malien de la force conjointe du G5 Sahel a essuyé une attaque à Boulkessy, dans le centre, à proximité de la frontière burkinabé. Pas moins de 38 soldats y avaient péri alors qu'à Mondoro, deux civils ont été tués par les assaillants dont on apprendra plus tard qu'ils appartiennent au Groupe de soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM).
Regroupant quatre organisations jihadistes dont Ansar Dine, Almourabitoune, le Front de Libération du Macina et l'Emirat du Sahara d'Aqmi, cette fédération est dirigé par le touareg Iyad Ag Ghali.
Ces derniers mois, des opérations menées par Barkhane ont permis de neutraliser au moins deux de ses chefs, Mohamed Ould Nouini et Yahya Abou El Hamam.
Amadou Kouffa qui occuperait la deuxième place après Iyad Ag Ghali au sein de ce groupe proche affilié à Aqmi, avait été annoncé tué par la France. Mais le jihadiste peul a fait une sortie pour démentir sa mort. 
Samedi 2 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :