Assassinat de Khashoggi: un an après, Ben Salman «responsable», le crime impuni

Le 2 octobre 2018, ce journaliste saoudien, dissident exilé aux États-Unis, disparaît pour toujours à l’intérieur du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Malgré la tempête médiatique qui a suivi, une enquête onusienne, les accusations de la CIA envers un prince Ben Salman fragilisé et les détails macabres qui ressortent, le risque existe que justice ne soit pas rendue.


 Qui était Jamal Khashoggi ?
 
Sujet du royaume saoudien, issu d’une illustre ascendance – son grand-père était le médecin personnel d’Ibn Saoud - Jamal Khashoggi était jadis un familier de la cour régnant à Riyad. Il exerçait le métier de journaliste depuis le milieu des années 1980. « Jamal Khashoggi […] est resté célèbre pour avoir suivi et interviewé non sans admiration les moudjahidin arabes dans l’Afghanistan des années 80 », rappelle l’historien Philippe Pétriat. Jusqu’à entretenir, un temps, des relations personnelles avec Mohammed Ben Laden qu’il rencontra en Afghanistan et dont il fut l’entremetteur pour une première interview avec le journaliste Robert Fisk au Soudan.
 
Ses positions évoluèrent bientôt vers des idées plus démocratiques d’un point de vue politique, sans avoir été le grand libéral progressiste, d’un point de vue sociétal, qu’on a pu décrire. Lorsque le prince héritier Mohammed ben Salman (MBS) prit en main les affaires courantes du royaume en juin 2017, il fut perçu partout, de par ses premières mesures, comme un messie réformateur. Mais entre les deux hommes, les rapports se tendirent. Khashoggi n’avait pas sa plume dans sa poche ; il tenait précieusement à sa liberté de ton et d’opinion. Ses écrits posaient problème au prince. « Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman et son entourage ne toléraient pas le fait que Khashoggi soit honnête, dise ce qu’il pense et ne puisse pas être acheté », écrit son ami le journaliste David Hearst. Ce qu'il pense notamment, poursuit-il, des « dangers à pactiser avec Trump ».
 
Comme nul n’est prophète en son pays, et sentant la pression s’accroître, il s’exile aux États-Unis en septembre 2017. Sa plume devient plus acerbe dans les colonnes du Washington Post, fleuron de la presse américaine. Une insupportable mouche du coche pour Ben Salman.
 
La journée du 2 octobre
 
Le 2 octobre 2018, à 3h30 du matin, neuf Saoudiens débarquent d’un jet privé à l’aéroport d’Istanbul. Tous sont militaires, officiers de renseignements, membres de la garde rapprochée du prince, détenteurs d’un passeport diplomatique. Parmi eux, Maher Abdulaziz Mutreb, officier de renseignements à l’ambassade saoudienne à Londres et bras droit du conseiller du prince Ben Salman, ainsi qu’un médecin légiste, le docteur Salah Mohammed Tubaigy. Ils rejoignent d’autres Saoudiens, aux statuts similaires. Ils sont quinze au total.
 
Dans la matinée, Jamal Khashoggi reçoit un appel lui demandant de se rendre à 13h au consulat d’Arabie saoudite, auquel il avait un peu plus tôt confirmé sa venue. Le journaliste est venu, pour la deuxième fois, à Istanbul pour récupérer des documents administratifs lui permettant d’épouser sa fiancée turque, Hatice Cengiz. Au consulat, le personnel a reçu pour consigne de ne pas sortir de son bureau ou de quitter les locaux à midi pour cause de visite diplomatique.
 
13h02, au consulat. Maher Mutreb s’adresse au médecin légiste Tubaigy : sera-t-il « possible de mettre le tronc dans un sac ? » « Non. Trop lourd », répond simplement le second, avant d’ajouter : « On va couper les articulations, ce n'est pas un problème. Le corps est lourd. D'abord, je coupe sur le sol. Si on prend des sacs plastiques et que je le coupe en morceaux, ce sera réglé. On emballera tous les morceaux. » Puis, il s’inquiète de son sort : « mon chef n’est pas au courant de ce que je suis en train de faire. Personne ne me protège. » À la fin de la conversation, Maher Mutreb s’enquiert de savoir si « l’animal sacrificiel » est arrivé. Une voix confirme.
 
13h15. Jamal Khashoggi laisse sa fiancée à l’entrée et pénètre dans l’enceinte diplomatique. Le tournant de sa vie tient ensuite en moins de 25 minutes. Selon l’enquête onusienne, il est conduit au second étage où il s’entretient notamment avec Maher Mutreb. On lui demande d’écrire à son fils, ce qu’il refuse, on l’informe qu’il doit être ramené en Arabie saoudite, ce qu’il refuse.
 
L’échange se termine ainsi : « Il y a une serviette ici. Vous allez me droguer ? », demande Khashoggi. « Nous allons vous anesthésier. » Les enregistrements laissent ensuite suggérer que la victime s’est vue injecter un sédatif, avant de suffoquer, la tête dans un sac plastique. Les renseignements turcs rapportent qu’à 13h39,  un bruit de scie se fait entendre.
 
À 15h, deux véhicules quittent le consulat et arrivent deux minutes plus tard chez le consul. Trois hommes portent des sacs.
 
Dix-sept jours plus tard, l’Arabie saoudite ne peut que confirmer la mort du journaliste dans son enceinte diplomatique. Sans pour autant dire où est le corps, qui reste introuvable, l'Arabie n'ayant pas permis l'inspection de la résidence consulaire. Jamal Kashoggi allait fêter ses 60 ans.
 
La corporation journalistique occidentale réclame des comptes, l’ONU et la CIA accusent Riyad
 
La reconstitution des dernières minutes de la vie de Jamal Khashoggi a été rendue possible par les enregistrements clandestins des services de renseignements turcs à l’intérieur du consulat. La piste de l’assassinat s’était vite profilée dans les médias turcs et américains tout au long du mois d’octobre puis de novembre, mêlant rumeurs et vérités. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui-même mis en cause le prince héritier.
 
L’ONU ouvre une enquête et Agnès Callamard, rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, se rend en Turquie. Elle rend son rapport le 19 juin 2019, qui retrace le fil des évènements relatés ci-dessus.
Rfi
Mercredi 2 Octobre 2019
Dakar actu




Dans la même rubrique :