Arriérés de salaires : « Frapp et le collectif des ex travailleurs de PCCI tiennent pour responsable l’Etat qui tente de protéger Orange »


 Le FRAPP en soutien des 145 employés du PCCI restés depuis plus de 18 mois sans salaire au moment où la justice sénégalaise avait condamné la SONATEL,opposée à la saisie des comptes de PCCI, à payer 404 millions de FCFA aux ex travailleurs de PCCI en plus d'une astreinte de 500.000FCFA par jour suivant l'ordonnance numéro 573 du 01/07/2019 avait déposé une lettre d'information sur la table du préfet de Dakar depuis le lundi 26/08/2019 . Ayant fait l'enquête de routine aucune notification d'autorisation ou d'interdiction ne nous a été délivrée. Conscient que la manifestation est un droit constitutionnel, le FRAPP et le collectif des ex employés de PCCI se sont rendus devant la direction générale de la SONATEL, qui protège PCCI , pour manifester . Malgré le caractère pacifique de la manifestation qui est un droit pourtant garanti, le pouvoir sénégalais n’a pas hésité comme à l’accoutumée à user de la répression et de la violence envers les manifestants en utilisant des gaz lacrymogènes et en procédant à l’arrestation  de 05 personnes dont 02 membres du FRAPP( Guy Marius Sagna et Malick Biaye) et 03 membres du collectif des ex-employés PCCI ( Soda Diagne, Daouda Togola et Cathy Dione).
Nous FRAPP FRANCE DÉGAGE  et collectif des employés de PCCI 
• Saluons le degré de conscience et de retenue de ces citoyens sénégalais réprimés dans leur droit et  qui se sont exprimés d’une manière pacifique et organisée. 
• Dénonçons la répression des manifestations pacifiques, les arrestations arbitraires des manifestants et appellent à la libération des personnes arrêtées. 
• Mettons en garde le pouvoir sur les atteintes répétées à la liberté d’expression et de rassemblement et manifestations publiques. 
• Tenons comme seul responsable le pouvoir qui tente de protéger PCCI et la société impérialiste Orange.
 Le pouvoir est interpellé, il doit être à l’écoute et répondre aux doléances de ses mères de familles et pères de familles qui réclament le payement de leurs salaires et de leurs droits. 
• Exprimons notre soutien indéfectible aux camarades arrêtés.
• Appelons l’ensemble de forces vives, citoyennes et citoyennes à exiger avec nous la libération sans conditions de ces citoyens sénégalais.
 
 
Fait à Dakar, le 30 Août 2019.
 
Vendredi 30 Août 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :