Arrêté pour acte terroriste suite à ses menaces contre le restaurant « Le Relais sportif » : Ibrahima Diankha, un extrémiste islamiste ou un militant anti-français ?


La police sénégalaise a mis la main sur le nommé Ibrahima Diankha. Placé sous mandat de dépôt depuis hier, il est reproché à cet homme de 33 ans d’avoir menacé de poser une bombe au restaurant « Le Relais sportif » situé sur la corniche, en face de la Cour Suprême. « Macron fout la merde chez nous, je vais venir foutre la merde dans ta soirée, je vais poser une bombe », aurait-il dit à Camille Lhommeau. Diankha enverra un sms aussi menaçant que l’appel à la collaboratrice de la gérante française du restaurant « visé ».  Très vite, la police lui met le grappin dessus et malgré ses tentatives de dénégations, il est écroué pour acte terroriste. Mais que sait-on de cet homme ? 

Pour le moment, les informations le concernant sont faibles. Par contre, il est établi qu’il connaissait la gérante du Relais Sportif. Le quotidien Libération nous apprend dans sa livraison que les deux partageaient le même groupe whatsapp créé après un atelier sur les musiques du monde tenu par visioconférence les 21 et 23 octobre. Un tour sur la page Facebook du mis en cause confirme les liens entre Ibrahima Diankha et Camille Lhommeau. Le 19 octobre déjà, ils participaient au VirtualWomexAcademy2020. Qu’est ce qui s’est donc passé pour que le jeune sénégalais s’en s'en prenne si vertement à la française ? 

Diankha qui se présente comme le Directeur de Sen Tour Booking Agency et qui s'active dans l'événementiel, s’est-il radicalisé entre-temps ? On ne saurait l'affirmer. En tout cas, à partir du 27 octobre, il a changé sa photo de profil pour mettre en avant son attachement au Prophète Muhammad. Est-ce une manière pour lui d'adherer à la campagne d'indignation du monde musulman suite aux propos d'Emmanuel Macron ? Le même jour, il partage un article dans lequel le Khalife de Médina Baye répond au président français qui déclarait le 21 ocobre à l'occasion de la cérémonie d'hommage à Samuel Paty que la France ne renoncerait pas aux caricatures du Prophète Muhammed. Le 29 octobre, il partage le hashtag #we_love_mohammad_ﷺ_challenge. Le lendemain, Ibrahima Diankha passe à la vitesse supérieure en menaçant de poser une bombe au restaurant « Le Relais sportif ». 

Pour autant cela fait-il de lui un extrémiste islamiste ? L’instruction permettra de savoir les réelles intentions de l’homme mais ce qu’il laisse apparaitre sur les réseaux sociaux le dépeignent plutôt comme un militant anti-français emporté par la vague d’indignation du monde musulman contre les caricatures du prophète Muhammed. La piste du règlement de compte n’est pas non plus à écarter. 
Jeudi 12 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :