Arrestation des militaires à Bangui : ouverture d'une enquête régulière, le parquet appelle au calme en attendant l'issue de la procédure en cours…


Ce lundi 21 Février 2022 alors que les forces de sécurité étaient mobilisées à l'aéroport International de Bangui Mpoko pour le retour du Président de la République du sommet de Bruxelles, la présence d’un véhicule  suspect de moteur en marche avec des passagers à bord sur le parking civil, à moins de 30 mètres du passage du cortège présidentiel,  été détectée.  

D’ailleurs le communiqué du procureur de la République de Centrafrique sorti sur cette affaire, informe que la voiture en question était suivie par les services de renseignements de la police depuis deux mois. À bord, quatre militaires de race blanche habillés en treillis sans coiffure et lourdement armés y étaient installés. Ces derniers ont été conduits à la Section des Recherches et d'Investigations pour besoin d'enquête.

Les premiers éléments de l'enquête ont révélé que les quatre militaires seraient des légionnaires de nationalité française, italienne, Bulgare et roumaine, lesquels affirment qu'ils sont des éléments de la Minusca. Mais, curieusement au lieu d'utiliser un véhicule estampillé UN appartenant à la Minusca, ils ont choisi d'utiliser un véhicule banalisé de marque TOYOTA V8 blindé, vitre teintée qu'ils auraient pris en location.

En effet, au cours de cette opération, il a été trouvé sur les suspects quatre pistolets automatiques avec 10 chargeurs, trois HK416 avec quinze chargeurs, une arme collective Mini Mitrailleuse avec quatre boîtiers, des grenades offensives et divers effets militaires.

Fort de tout ce qui précède, le parquet de la République près le Tribunal de Grande Instance de Bangui a décidé de l'ouverture d'une enquête régulière pour faire la lumière sur les faits. Étant entendu que la RCA est un État de droit, le parquet demande à tout un chacun d'observer le calme en attendant l'issue de la procédure en cours.
Mercredi 23 Février 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :