Application du Code de la presse, avènement de l’ARCA : Les attentes du SYNPICS pour un futur prometteur des professionnels des médias.


Le Syndicat national des professionnels de l’information et de la communication a tenu ce matin un point de presse pour évoquer les attentes du secteur de la presse qui sont toujours « au point mort ». 

« Quand on a été porté à la tête du SYNPICS, l’un des objectifs qui nous étaient fixés par le congrès, était l’application du code de la presse. C’est une loi qui a été votée en juin 201 et il y’a eu  beaucoup de blocages et de retard », rappelle le SG du Syndicat des journalistes. En effet, il y’a trois jours le secrétariat général du gouvernement en plus du ministère et les acteurs se sont réunis pour faire la revue des  deux décrets d’application et la loi portant haute autorité de régulation de la communication audiovisuelle (ARCA)

Pour ce qui est du décret, il a été décidé, selon Bamba Kassé,  « de le scinder en plusieurs parties, car certains voulaient faire un décret unique et on s’est rendu compte que ce n’est pas possible. Il y’aura donc un décret qui sera relatif au Fonds d’appui et du développement du secteur de la presse d’ailleurs, c’est un projet de décret qui a été revu et il sera bientôt sur la table du président de la République », précise-t-il.



En outre, le SG du SYNPICS a affirmé qu’ils avaient profité de cette séance pour discuter du projet de loi sur l’autorité de régulation de la communication et de l’audiovisuelle, l’ARCA.

Pour rappel, cette autorité va remplacer le CNRA et va désormais réguler toute la presse, car la structure antérieure ne prenait pas en charge dans ses missions, la régulation de la presse écrite et celle en ligne. C’est ainsi qu’une revue totale de cette loi a été faite dans ce projet de loi et d’ailleurs, c’est le lieu de saluer la bataille qui a été menée par APPEL de Lissa Faye,  Bacary Domingo Mané et d’autres acteurs car, pour une fois, nous allons noter la présence de représentants du secteur des médias au sein de l’organe de régulation.

Le SYNPICS estime dès lors, qu’il faut une présence symbolique des médias au sein de ce nouvel organe qui permettra probablement d’éclairer sur les enjeux réels du secteur et de pourvoir, de manière concertée, parvenir à mettre en place un nouvel écosystème des médias qui tiendra compte des lois et règlements mais aussi beaucoup plus respectueux des valeurs sénégalaises.
Lundi 17 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :