Appel de Wade à brûler les cartes : Le Groupe Hors Coalition de BBY condamne et avertit...


Le Groupe Hors Coalition  de Bennoo Bokk Yaakaar réuni ce mercredi 5 février à Dakar, s’offusque et condamne de manière vigoureuse, les propos incongrus, irrévérencieux et mal venus de Me Abdoulaye Wade qui, à travers un enregistrement vidéo diffusé ce jour, a proféré des menaces à peine voilées de sabotage du processus électoral en cours et d’installer le chaos le 24 février 2019, lors du scrutin présidentiel.

Connaissant l’opposant et le président qu’il fut, le GHC appelle l’état, et le Ministère de l’intérieur en particulier, les forces vives de la nation à prendre très au sérieux ses propos, car Me Wade à l’habitude de ces discours tortueux qui finissent toujours de façon tragique voire macabre. Les cas tragiques sont encore frais dans nos mémoires :

- l’agression de Talla Sylla le 5 Octobre 2003 ;
- les attaques contre les organes de presses, notamment l’As et « 24h Chrono », contre le Cortège d’Idrissa Seck le 21 février 2005, contre la mairie de Mermoz-Sacré Cœur en janvier 2012 et le domicile de certains leaders de l’opposition d’alors ;
- et beaucoup d’autres crimes ignominieux.
Me Wade est coutumier du retranchement et du mot d’ordre insinué, lui qui s’est rendu tristement célèbre par la méthode du retranchement derrière des formules telles que  « ku am kuddu du lakk » ou alors « on connait la mosquée où il fait sa prière de fajr »,  pour indiquer la direction à prendre par ses ouailles.

Le GHC considère les diatribes de Me Wade comme provenant d’un amnésique qui, de surcroît sort d’un sommeil de sept ans, tellement la situation anachronique qu’il dépeint du Sénégal est  loin d’être conforme à la réalité du jour, marquée des performances économiques et sociales accomplies par le régime du président Macky Sall.

Qui plus est, les sénégalais n’ont oublié ni sa gestion calamiteuse, partisane et patrimoniale du pouvoir durant ses douze ans de règne, ni son funeste projet de dévolution monarchique et de suppression du quart bloquant qui ont failli plonger le Sénégal dans les ténèbres, le 23 juin 2011.

En conséquence, le GHC invite les citoyens sénégalais de tous bords à être très vigilants par rapport à la posture de l’ex président Wade vis-à-vis de ces élections ; Wade n’y est pas candidat, le parti de Wade n’y a pas de candidat, Wade n’est dans aucune coalition et Wade ne soutient aucun candidat parmi  les cinq en lisse.

Il est clair que pour Wade, seul « le destin » présidentiel qu’il nourrit pour son fils compte. Sans son fils, point d’avenir pour le Sénégal ; sans son fils le « Sénégal doit être à feu et à sang. Cela est inadmissible !

Le GHC, invite la jeunesse du Sénégal à distinguer les véritables enjeux de ces élections à l’une des perspectives radieuses qui se dessinent pour elle, et à refuser toute tentative d’instrumentalisation dont le seul but est de servir des desseins maléfiques pour le seul bénéfice d’un fils qui a opté pour un exil dorée au Qatar.

Le GHC, appelle les sénégalais à se munir de leur carte d’électeur et à aller voter le 24 février 2019 dans la paix et dans la sérénité, comme ils l’ont toujours fait, afin de préserver  la tradition démocratique de notre cher Pays.

Vive le Sénégal !                                                                              

 

Pour  le GHC, Le coordonnateur HONORABLE DEPUTE

NICOLAS NDIAYE

 

1- LD, 2- PJD, 3- RP, 4- RCS, 5-RSD, 6- CL/SY, 7- PSA, 8-  DC,  9- IMPACT,10- En Mouvement Defar Sénégal, 11- PVC/SA Parti de la Vérité Concertée, 12- Feké Ma ci bolé, 13- UFPE, 14- RES  -les verts, 15- MPR/WATU, XARNUBI, 16- Collectif des Anciens Hommes en Uniforme, 7- Union Démocratique pour le Développement, 18- FEDES, 19- M2R, 20- Parti  Rénovateur  Progressiste, 21-CERO
Vendredi 8 Février 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :