Appel à un sursaut national pour lutter contre la dictature de Macky Sall (Déclaration conjointe)

Les organisations politiques, l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT), La Ligue Démocratique Debout ( LD Debout), la République des Valeurs (RV), Taxaw Temm et le Mouvement Tekki se sont rencontrées au siège de Tekki pour échanger sur la situation politique nationale et ont décidé de publier le communiqué ci-après.


1. Après toutes les dérives monumentales et les manquements graves décriés sur le processus électoral, et à peine sorti d’un coup de force électoral, le Président Macky Sall, s’engage dans ce qu’il sait faire : la politique politicienne. 
 
Aveuglé par un désir excessif de pouvoir sans limites, il vient d’engager, à la surprise générale, et à titre personnel, pour tout un peuple, une révision constitutionnelle, sans avoir une seule fois évoqué la question pendant la campagne électorale, sans débat, ni concertations à aucun niveau, pour, à sa seule guise, modifier unilatéralement le régime politique en vigueur et ainsi imposer une nouvelle gouvernance solitaire et personnelle.
 
Après avoir cherché à casser et neutraliser toutes les forces progressistes, démocratiques et citoyennes du pays avec les moyens de l’Etat, il veut avec cette dernière initiative disposer désormais de tous les leviers du pouvoir de l’Etat. La réforme ainsi engagée viendra consolider et parachever l’installation d’une dictature au Sénégal.
2. Dans le projet soumis à son Assemblée nationale, il affirme sans ambages qu’il instaure un régime présidentiel caractérisé par un pouvoir exécutif rationalisé. En vérité, l’Assemblée nationale est démise de ses prérogatives les plus importantes, à savoir le contrôle de l’exécutif. 
Le Président de la République renforce considérablement ses prérogatives. Il fait mine d’abandonner son pouvoir de dissolution de l’Assemblée Nationale,  mais conserve cette possibilité par le biais de l’article 52 qui lui donne des pouvoirs exceptionnels.
Les Ministres peuvent être traduits pénalement devant la Haute Cour de Justice, alors que devenus responsables devant le Président de la République, en fait de simples collaborateurs, ils devraient l’être en toute logique devant les Tribunaux ordinaires
Enfin, le Président de la République devrait dans la construction d’un régime à ce point présidentiel renoncer  à toutes ses prérogatives ayant un caractère législatif. Ce qu’il refuse de faire dans ce projet de loi. 
3. Sous ce rapport, son appel au dialogue, ressassé depuis un certain temps à l’occasion de chaque sortie publique, n’est  ni plus, ni moins qu’une duperie. D’ailleurs, tous les observateurs avertis et sérieux peuvent le constater : lorsqu’il s’agit de questions essentielles telles que la modification de la constitution, le gaz et le pétrole ou l’implication outrancière de sa famille dans la gestion de l’Etat, soit il décide en solitaire, soit il occulte le débat. 
Voilà un appel au dialogue suivi d’un changement de la nature du régime politique pour pouvoir gouverner tout seul ; comme pour dire : « je change le régime  et après, venez, on va dialoguer » ! Mais dialoguer sur quoi ? Du report déjà programmé des élections locales ? De l’indépendance de la justice ? De l’équilibre des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire qu’il vient de chambouler ? 
4. Pire, dans la plupart du temps, lorsqu’il s’engage, c’est pour se dédire, dès que possible ou alors  dès que ses intérêts sont en jeu ; au point qu’il est devenu légitime de douter de la valeur morale de ses engagements pris et de sa parole donnée.
Il en est de même de l’appel tonitruant à la responsabilité, au civisme et à la citoyenneté, à la salubrité  publique et au désencombrement de la voie publique, adressé aux Sénégalais et plus particulièrement aux jeunes,  que personne ne peut rejeter.
Toutefois, il convient de rappeler  qu’à ce jour, Macky Sall est le seul tristement célèbre responsable politique à avoir obligé les membres d’un bureau de vote à accepter son vote par la force des muscles de ses gardes - corps alors qu’il n’avait pas les documents requis pour accomplir cet acte !
Voilà une forfaiture qui montre et démontre, avec force et éloquence, qu’en matière de bonne conduite conforme à la responsabilité du citoyen vertueux, aucun Sénégalais n’est jamais descendu aussi bas! Trop bas !!!
A cet égard, et en considération de tout ce qui précède, les organisations signataires appellent à la mobilisation des députés de l’Opposition pour s’opposer à ce projet de loi  et à  un sursaut national des progressistes et des patriotes de tout bord, pour construire un bloc politique fort et capable de porter, dans l’unité d’action, le combat pour faire face à une dictature qui ne se fixe plus aucune limite légale, morale, ou éthique. 
                                                                                  Dakar le 26 avril 2019
ACT
République des Valeurs
LD Debout
Taxaw Temm
Tekki
Vendredi 26 Avril 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :