Antoine Félix Diome, ministre de l’Intérieur : « Quelques actions phares réalisées dans le cadre du projet Sensec-UE »


Au cours de la cérémonie de clôture du programme de coopération Sensec-UE, ce jeudi, le ministre de l’Intérieur est revenu sur les actions phares qui ont été réalisées.

A travers la composante en lien avec le terrorisme et crime organisé, les capacités des forces de défense et de sécurité en cyber sécurité ont été fortement renforcées, selon le « premier flic » du pays. Antoine Félix Diome renseigne, par ailleurs, que la Brigade d’Intervention polyvalente (BIP) a bénéficié d’équipements.

« Les acteurs ont été sensibilisés sur les réactions face aux actes terroristes. Les services d’investigations ont été appuyés à travers la création d’une Brigade antiterroriste au sein de la Division des Investigations criminelles (DIC) », s’en félicite le ministre.  

Dans le cadre du projet SENSEC-UE, il a été question d’une mise à niveau de la Division de la Police technique et scientifique (DPTS) et la construction du Centre national de formation en Police judiciaire de la Gendarmerie, renseigne l’autorité. Dans la composante 2, relative au contrôle et surveillance des frontières, il a été permis à la coopération Sensec-UE la construction de plusieurs infrastructures.

Il s’agit des postes frontières et d’antennes de la Division nationale de Lutte contre la Trafic de Migrants et Pratiques assimilées (DNLT), la mise en place de détachements ULM au profit de la Gendarmerie, l’acquisition d’embarcations pour deux détachements fluvio maritimes de la Police et des Douanes, la réalisation de manuels de procédures pour  les formateurs et les agents des postes frontaliers et la réalisation d’une étude de faisabilité pour la création d’un Centre de Coopération Police-Douane-Gendarmerie (CCPDG) à la frontière avec le Mali et la Guinée.

« Enfin, pour ce qui concerne la composante 3, je peux citer la mise en place et l’expérimentation d’un Commissariat pilote de sécurité publique à Mbao et l’optimisation de la gestion des équipements et moyens matériels mis à la disposition des services de Police et de Gendarmerie », a rappelé le ministre de l’Intérieur.

Les actions, estime Antoine Diome, ont été accompagnées de sessions de formations multiples, d’acquisitions de véhicules, de motos, de matériels et logiciels informatiques, d’outils bureautiques, etc. Suffisant pour le ministre d’affirmer que « les objectifs du Programme SENSEC-UE sont, globalement ».
Jeudi 27 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :