And Jëf/PADS sur la sortie du président français : « Emmanuel Macron doit rengainer et présenter ses excuses... »


Le 7 janvier 2015, suite à des caricatures du prophète des musulmans, Mouhamed (PSL), le journal français Charlie Hebdo a fait l’objet d’une attaque de représailles qui s’est soldée par plusieurs morts parmi les journalistes et le saccage du siège du journal. Le gouvernement français en fut choqué et organisa une marche de soutien en présence de nombre de chefs d’Etats dont celui du Sénégal Macky Sall. 

Une évaluation rigoureuse de cet épisode aurait dû amener les autorités politiques françaises à comprendre que la foi de plus d’un milliard d’êtres humains dans le monde ne pouvait et ne devait pas faire l’objet de quolibets quel qu’en soit le prétexte. Il n’en fut rien, bien au contraire. Faisant preuve de la plus grande légèreté, les tenants du pouvoir en France ont continué à se fourvoyer derrière une soi-disant liberté d’expression plutôt que de faire preuve de discernement pour comprendre la nature de la relation entre la Ummah islamique mondiale et son prophète Mouhamed (PSL). 

Cet entêtement sous-tendu par une grave légèreté ne pouvait que reproduire les mêmes causes et les mêmes effets qu’en janvier 2015. Un élève musulman décapite son professeur parce que ce dernier a exhibé dans sa classe des caricatures du prophète Mouhamed (PSL). 

Dans son discours d’hommage au professeur, le président français, Emanuel Macron, récidive en parlant de la latitude qu'ont les journalistes de France à caricaturer qui ils veulent, même s'il s'agit du prophète Mouhamed (PSL). 

La réponse de la communauté musulmane a été instantanée et variée et pourrait monter en puissance si les autorités françaises ne font preuve d’humilité ou de réalisme à défaut d’humilité pour bien voir qu’elles partent perdantes dans cette épreuve de force qu’elles veulent imposer aux musulmans du monde appuyés par toutes les personnes éprises de paix et de liberté. La paix et la liberté ne prospèrent que sur le terrain de la responsabilité.  

Notre parti : 

• Condamne vigoureusement les prises de position totalement irresponsables d’Emanuel Macron sur les caricatures du prophète Mouhamed (PSL) et exige qu’il présente ses excuses à la communauté musulmane mondiale.

• Engage les forces politiques et sociales et les milieux intellectuels éclairés en France qui font montre de discernement, à intensifier le travail dans l’opinion publique française pour isoler très vite les véritables destructeurs de leur société. 

• Engage les autorités sénégalaises à assumer leurs responsabilités dans ce contexte très particulier et à exiger du Président français le respect de la foi des musulmans. C’est ce qui est attendu plutôt que des arrestations de citoyens qui protestent contre cette agression. 

•    Aj-Pads réaffirme sa conviction que seule la victoire de la lutte des peuples opprimés pour la libération nationale et l’émancipation sociale finira par avoir raison de l’extrême droite anti-islam, raciste et xénophobe. 

Dakar le 28 octobre 2020

Pour le Secrétariat permanent (SP) de And-Jëf/PADS
Jeudi 29 Octobre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :