Aminata Touré sur les nouvelles mesures anti covid-19 : « La prévention n'incombe pas seulement à l'État, les citoyens doivent jouer leur partition... Le président Sall n'a pas agi sous la pression »


« Dès les premiers instants qui ont suivi l’apparition du covid-19 au Sénégal jusqu’à ce que j’appelle la deuxième génération de mesures, l’Etat du Sénégal a répondu présent. Le président Sall a tout de suite pris les mesures idoines.» C’est en ces termes qu’Aminata Touré, la présidente du conseil économique environnemental et social (Cese) a débuté sa conférence de presse improvisée ce mercredi après-midi. Une occasion de revenir sur les nouvelles prises par le président Sall et la partition du Cese dans le plan de riposte pandémique. 
 
Celle qui dirigeait le ministère de la justice il n’y pas si longtemps, estime que le plan de riposte pour contenir la pandémie a été déployé au moment opportun. « Depuis deux mois, on a fermé nos frontières… C’est sur la base d’études et de stratégies mûrement  réfléchies que ces mesures importantes ont été prises », rajoutera la présidente du Cese qui s’est d’ailleurs félicitée de la vaillance de nos médecins et autres agents de santé qui se battent sans relâche pour endiguer la pandémie.

"Il faut qu'on retourne progressivement à la vie normale... " A-t-elle insisté comme pour appuyer un peu plus les nouvelles décisions du président Macky Sall qui, ce lundi 11 mai, exhortait ces concitoyens à apprendre à vivre avec le virus. Pour en revenir à la crise socio-économique qui a été la conséquence logique de la crise sanitaire, Mimi, sur un ton conciliant, de revenir sur le comportement des citoyens face à cette situation inédite : « Nous ne pouvons qu’encourager davantage nos concitoyens. Ils ont compris qu’à situation exceptionnelle, attitude exceptionnelle. Chacun essaie de se conformer aux gestes barrière. »
 
Dans cette dynamique, la patronne du Cese de souligner la profonde crise socio-économique engendrée par la maladie à coronavirus. À l’en croire, la décision du chef de l’État visant à assouplir l’état d’urgence répond à une légitime demande sociale. Occasion saisie par Aminata Touré pour préciser qu’il serait illusoire de croire ou laisser circuler l’hypothèse selon laquelle le chef de l’État aurait pris ces nouvelles mesures sous une quelconque pression ou dans une sorte de pilotage à vue. « Le président Sall n'a pas agi sous la pression », a sereinement répondu Mme Touré à ses détracteurs.


Pour finir, elle en appellera  au sens des responsabilités de la part de chacun pour un respect strict des mesures d’hygiène. « La prévention n'incombe pas seulement à l'État, les citoyens doivent jouer leur partition... » Car, d’après elle, cela aurait été terrible de corser les restrictions au risque de plonger les plus démunis et autres foyers à faible revenu, dans une crise alimentaire. 
 
Cette conférence de presse aura ainsi été le prétexte pour évoquer l’apport du Conseil économique, social et environnemental (Cese) dans la proposition de pistes de réflexion et autres stratégies de sortie de crise. Une somme de 15 millions et une aide en produits sanitaires ont été attribuées au ministère de la santé et de l’action sociale, le tout pour un renforcement du plan de riposte force covid-19…
Mercredi 13 Mai 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :