Aminata Touré met fin à son confinement politique : « La crise nous a fondamentalement poussé à changer nos habitudes... Le sous-développement n'est pas une fatalité... Il nous faut un sursaut d'intelligence et de détermination que le désespoir »


Depuis qu'elle a quitté le Conseil économique,  social et environnemental, Aminata Touré avait préféré rester loin des radars et espaces médiatiques. Mais sur le plateau de la Tfm dans l'émission Quartier Général d'hier soir, elle a passé en revue toute l'actualité au Sénégal. 

En passant par la problématique de l'emploi des jeunes, aux difficultés imposées par la Covid-19 jusqu'au problèmes politiques, l'ancienne présidente du Conseil économique, social et environnemental a livré ses impressions. Ainsi, Aminata Touré estime que la crise sanitaire imposée par la pandémie de covid-19, doit nous conduire à un sursaut d'intelligence et de détermination".

En effet, l'ancienne ministre de la justice considère que la Covid-19 est une réalité partout dans le monde. Cependant, elle doit être un déclencheur, un mal nécessaire qui nous permettra de rompre avec les anciennes habitudes ou même de parfaire certaines entreprises qui n'étaient pas, jusque- là, mises en pratique. Par exemple, en voyant ce qui s'est récemment passé avec les émeutes et les difficultés que les jeunes particulièrement ont vécu au début de la crise, il est clair que cette problématique de l'emploi des jeunes doit être bien prise en compte. 

En plus, l'orientation efficace de l'investissement pour que les jeunes puissent y trouver leur compte, paraît être une bonne opportunité pour répondre à la création de l'emploi. En réalité Mme Aminata Touré estime que "le sous développement n'est pas une fatalité. Il faut juste être conscient de ses aptitudes".

Ainsi, concernant les 540 milliards dans le cadre de l'emploi des jeunes, elle estime qu'il faut les orienter vers la production. Et dans cette production, il y'a la formation qui est un pilier très important. En plus, il faudra les décentraliser jusqu'à la base. Bref, faire un travail de terrain qui permet d'identifier les difficultés à la base. Dans toutes les politiques de développement, Aminata Tall recommande d'avoir un regard sur la pratique, le concret. Il invite ainsi à avoir une autre option différente de la théorie.

Dans un esprit africaniste, l'ancienne ministre de la justice considère que le continent, en particulier le Sénégal, doit avoir un développement dans lequel il tire sa production de ses ressources. En effet, pour Aminata Touré, il est important de produire ce que nous consommons. L'autonomie économique, en d'autres termes.

Par ailleurs, la production et l'industrialisation restent les grands facteurs de développement en Afrique, de manière générale. "Il nous faut donc nous donner ces moyens de garder notre souveraineté économique, chez nous", signale l'ancien Premier ministre.

Pour s'adresser à la jeunesse, Aminata Touré invite à garder espoir, car les enjeux économiques sont réels et prometteurs. Donc il faut se donner une grande marge d'espoir et les moyens de son développement...
Samedi 8 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :