Ameth Diallo, leader de la plateforme Nguékokh Bou Bess : « Actuellement l'amateurisme et la mauvaise gestion sont érigés en règle de fonctionnement... En réalité les leaders de ce département ne jouent pas les premiers rôles au niveau national »

Dans cet entretien accordé à Dakaractu Mbour par le leader de la plateforme Nguékhokh Bou Bess, il a été surtout question de la gestion de la mairie et de la situation du département de Mbour. Ameth Diallo pour ne pas le nommer, a critiqué sévèrement la gestion de la mairie par l'équipe actuelle de même que les responsables politiques du département.


Pouvez-vous nous en dire plus sur la raison de votre plateforme ?

 

Je suis un fils de Nguékokh. Ma particularité est que j’ai un très fort engagement et attachement pour cette ville. Ma personne et mon parcours sont totalement liés à cette commune. Je considère aussi que mon avenir est lié à Nguékokh. Nous avons une vision et des projets bien définis pour le développement de notre localité.  

 

S'y ajoute le fait qu’en 2014, une personne sans aucune compétence, ni vision est arrivée à la tête de notre commune, mettant ainsi la ville dans une situation catastrophique. Actuellement l’amateurisme et la mauvaise gestion sont érigés en règle de fonctionnement. 

 

C’est tout cela qui fait qu’avec les populations, nous avons décidé de tout donner de nous-même à travers la plateforme Nguékokh Bou Bess qui est une plateforme politique et de développement pour sortir notre commune de l’ornière. Nous voulons que notre ville sorte des mains de ces personnes incompétentes, sans vision de développement. 

Notre avenir, l’avenir de nos enfants et même l’avenir de la République en dépendent. 

 

Nous avons remarqué que vous vous positionnez en tant qu’adversaire principal du maire de la ville de Nguékokh, qu’est-ce qui explique votre acharnement envers la personne de Pape Songo Diouf ? 

 

Ce n’est pas vraiment contre la personne de Pape Diouf, mais de ce qu’il représente et de sa gestion catastrophique de notre commune. Nous sommes conscients que Nguékokh mérite mieux et doit avoir mieux au vu de toutes les potentialités dont regorge cette ville.

 

Nous nous sommes mis à la disposition de notre ville et nous faisons le nécessaire pour que tout le monde puisse comprendre qu’une ville comme Nguékokh ne mérite pas un tel maire. 

Il est impossible de se soucier de l’avenir de notre pays, de l’Afrique et en même temps, accepter que des gens qui ne savent même pas ce qu’ils font, puissent occuper de tels postes de responsabilité. L’avenir de l’Afrique et de la jeunesse doivent passer par l’exigence d’avoir les hommes qu’il faut à la place qu’il faut.

 

Le développement repose sur un processus de changement de système et surtout d’acteurs déterminés et capables d’identifier l’ensemble des ressources d’un territoire, les valoriser et les gérer dans la plus grande transparence pour l’intérêt exclusive des populations. 

Ce processus, il ne faut pas le commencer à la tête de l’État. Ce processus doit commencer au niveau de nos communes avec les populations directement concernées à la gestion de leur cité. 

Celui qui est actuellement à la tête de la mairie de Nguékokh ne comprend rien à ce processus. 

Tout faire pour qu’il cède la place est donc pour nous tous un devoir. Il symbolise l’homme qui n’est pas à la place qu’il faut. 

Le faire bouger est donc une obligation pour ceux qui aspirent au développement de notre pays. 

 

C’est quoi le rapport avec le développement du pays ? 

 

La République s’appuie sur deux valeurs primordiales pour servir les populations. La compétence et la transparence. Aujourd’hui, ces deux valeurs sont inexistantes à Nguékokh. Donc, il ne faudrait pas laisser de personnes n’ayant pas ces valeurs occuper des responsabilités aussi sérieuses. Les autorités étatiques ne peuvent même pas miser ni compter sur les collectivités pour développer le pays, car beaucoup de maires n’ont pas les compétences managériales nécessaires pour piloter et impulser les projets. 

 

Ils n’ont pas non plus une culture de transparence et d’ouverture pour impliquer les fils de leur localité qui sont capables d’apporter leur expertise au bénéfice de leur commune. 

Le dialogue est impossible. Nombreux sont là juste pour se remplir les poches à travers la vente illégale de terres.  Le maire de Nguékokh est le symbole de cette incompétence au niveau du département de Mbour.

 

Avec votre plateforme, vous avez pu vous imposer comme une vraie force politique indépendante au niveau du département de Mbour, quelle est votre vision sur l’avenir des leaders politiques du département ?

 

Le département de Mbour est très important dans l’espace politique, mais aujourd’hui la réalité est que les leaders de ce département ne jouent pas les premiers rôles au niveau national. 

 

On doit se demander pourquoi ?

 

Pour moi la réponse est simple, un leader politique ne doit pas se soucier de son intérêt crypto personnel, mais de l’avenir des populations qu’il représente. Il doit être la voix des sans voix et être au service exclusif de son peuple. 

 

Au sein de la majorité présidentielle, pour des calculs politiques, des personnes sans envergure ni compétence ont été mises au-devant sans se soucier de leurs réelles capacités.

 

Au sien de l’opposition, les leaders préfèrent miser sur la machine électorale de leurs partis et sur la popularité de leur leader au niveau national. C’est ce qu’on appelle la politique au sommet. C’est une posture qu’il faut corriger rapidement car une base politique se construit au jour le jour en posant des actes forts pour les populations sans attendre les directives ou les moyens du parti.

 

Qu’est ce qui fait la particularité de votre plateforme Nguékokh Bou Bess ? 

 

Notre démarche est simple avec la plateforme Nguékokh Bou Bess. Nous nous positionnons comme une force indépendante ouverte à toutes les personnes qui ont une vision nouvelle de la politique au niveau local, quelle que soient leurs appartenances partisanes. Nous dénonçons avec fermeté les insuffisances et la non-transparence dans la gestion de la commune. Nous proposons des solutions innovantes et réfléchies. Et nous posons des actes concrets pour apporter des débuts de solution sans attendre d’avoir le pouvoir.

Mercredi 30 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :