Aly Ngouille Ndiaye : « Les contrats pétroliers n’ont jamais été secrets. Nous attendons déjà 114 milliards de dollars sur le premier gisement… »


Aly Ngouille Ndiaye : « Les contrats pétroliers n’ont jamais été secrets. Nous attendons déjà 114 milliards de dollars sur le premier gisement… »
Assistant aux journées scientifiques, sportives et culturelles des élèves de l’école polytechnique de Thiès, l’ancien ministre de l’énergie, Aly Ngouille Ndiaye, en a  profité pour donner quelques conseils aux élèves de l’école polytechnique de Thiès où il a évolué et ouvrir "une brèche" sur les contrats pétroliers au Sénégal.
Interrogé par nos confrères  du « Quotidien », l’actuel ministre de l’intérieur est revenu sur la transparence dans la gestion des ressources énergétiques. Une analyse qui joint le thème intitulé : « Place du polytechnicien dans les nouvelles politiques énergétiques », pour prendre ainsi les cas du pétrole et du gaz.
Interpellé sur le contrat qui fait polémique actuellement, le premier flic du Sénégal précise : « Il faut savoir que les contrats concernant le pétrole et le gaz sont loin d’avoir de la confidentialité comme dans certains pays. Au Sénégal, tous les contrats ont été publiés ».
Parlant donc ainsi de la transparence dans la gestion et la conduite de ces contrats, le ministre Aly Ngouille Ndiaye, toujours selon nos confrères du « Quotidien », évoquant l’actualité sur l’affaire Pétrotim confirme que « dans ce contrat, qui fait beaucoup  de bruit, il faut noter que le contrat qui y est souligné est clair. D’ailleurs, ajoute-t-il, « nous attendons le premier gisement qui fera des revenus de 114 milliards de dollars ».
Poursuivant sa logique, le ministre de l’intérieur devant les polytechniciens estime, selon le journal, «  il faut savoir que beaucoup d’entrepreneurs sont là et en matière de transparence, nous sommes bien motivés par, notamment notre adhésion à l’Itie (Initiative pour la transparence dans les industries extractives) ».
Le ministre toujours dans sa logique, invite les élèves ingénieurs à « aller à la source » à travers la documentation car, étant des hommes sur lesquels compte notre pays.
Lundi 24 Juin 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :