Alpha Bocar Baldé, DG de la Sodagri : « Cette année on va saturer le bassin en emblavure avec quatre mille hectares pleins »


Les producteurs du bassin de l’Anambé viennent d’effectuer la moisson du riz de contre-saison pour l’année 2019-2020 sous l’encadrement technique de la Sodagri. Et cette activité s’est déroulée sous la tutelle du Dg de la Sodagri, des techniciens et des producteurs du bassin. Chaque année, les producteurs du bassin s’activent pour booster la production dans la riziculture de contre-saison. Et pour cette année encore, ils n’ont pas dérogé à la règle en se mettant au travail.

À en croire Alpha Bocar Baldé, le DG de la Sodagri, « cette année on va saturer le bassin en emblavure avec quatre mille hectares pleins y compris les 1200 hectares dans les régions d’intervention de la Sodagri. Maintenant c’est à nous de matérialiser cette vision du chef de l’État afin que l’autosuffisance soit une réalité... On est en fin de contre saison. On a commencé les récoltes depuis environ une dizaine de jours pour une vingtaine de parcelles. Cette année nous sommes dans un contexte particulier sanitaire de covid-19. C’est pourquoi nous avons pris les devants depuis que cette crise s’est déclarée au Sénégal en début mars. Nous avons jugé nécessaire de rapidement aller vers la contre-saison. Et dans ce contexte très particulier,  nous avons pu faire le double de ce que nous avons fait l’année dernière en terme de superficie. À travers, le ministère de l’agriculture avec son ministre Moussa Baldé, le budget a été augmenté de 40 à 60 milliards. » 

Issa Baldé, producteur et président du secteur 5 déclare : « nous avons pu emblaver au moins 310 hectares. Et personnellement je n’ai pu faire que quatre parcelles pour permettre aux autres producteurs d’accéder aux parcelles pour faire face à la covid-19. Nous n’avons pas connu de retard pour les intrants pour cette année. C’est pourquoi, nous avons pu accompagner vite les producteurs car il fallait aller vite. Nous avons pris de l’engrais à crédit pour une valeur de 15 millions que nous avons déjà payé », précise-t-il.

Pour rappel dans le bassin de l’Anambé, chaque année il y a une campagne de contre-saison pour booster la production rizicole. Cependant, les producteurs voudraient avoir plus de matériel comme les chenilles pour améliorer les rendements...
Vendredi 12 Juin 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :