Alioune Tine aux membres de la plateforme « Frapp France Dégage » : « J’ai toujours loué votre courage et votre audace »


Les membres du Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine ‘’Frapp France Dégage’’ se sont entretenu à travers une visite de consultations et d’information avec le fondateur d’Africa Jom Center, Alioune Tine. Représenté par Guy Marius Sagna, ce dernier était accompagné par le délégué général de la plateforme, Ousmane Wade entre autres responsables de l’organisation.

Ce déplacement dans les locaux d’Africa Jom Center avait pour principal objectif de créer des liens inter généraltionnels pour des discussions attentives avec la jeunesse sénégalaise et africaine en général que Frapp France dégage s’est engagé, à travers, cette visite de courtoisie, à représenter fièrement.

‘’Il nous semble extrêmement impérieux aujourd’hui d’écouter cette jeunesse qui se définit comme patriotique, panafricaine, anti impérialiste dont les préoccupations  concernant le FCFA ont conduit des économistes, des scientifiques et même l’OEMOA à changer de comportement’’, a renseigné le défenseur des droits humains, directeur d’Amnesty international pour l’Afrique de l’Ouest. ’’Nous sommes en train de travailler sur l’imaginaire de la jeunesse africaine. Il y a trois voies imaginaires : ceux qui s’imaginent en réalité que réussir, c’est aller ailleurs sauf en Afrique quels que soient les risques, d’autres qui se disent qu’il y a la corruption et qui préfèrent prendre les armes contre l’Afrique et ceux là qui croient qu’il faut rester, lutter et transformer. ‘’Frapp France dégage’’ fait partie, aujourd’hui, de cette dernière catégorie qui préfère rester pour transformer et changer l’Afrique’’, a expliqué Alioune Tine. 

Prenant la parole au nom de la plateforme, Guy Marius Sagna a exprimé l’inquiétude de ‘’Frapp France dégage’’ par rapport à la situation en Afrique et au Sénégal en particulier. ‘’L’Afrique et le Sénégal plus précisément sont des terrains de lutte des multinationales étrangères. C’est comme si nous revenons à l’ère de la colonisation au temps où il y avait des comptoirs commerciaux, les maisons bordelaises, les maisons marseillaises, aujourd’hui, ce sont les maisons Auchan, Carrefour, Free, Orange, Total, etc. C’est à dire que l’Afrique est devenue un sol où rien ne se produit, où tout ce qui s’y trouve vient d’ailleurs. L’Afrique est maintenue à travers des politiques imposées par le Fmi et la Banque mondiale et d’autres institutions. Elle est maintenue dans une situation où elle doit respecter une certaine division internationale du travail où nous africains, nous sénégalais nous ne devons être qu’un marché, que des consommateurs et les autres des producteurs, c’est inacceptable’’, s’est offusqué le combattant anti impérialiste. ‘’Si nous voulons comprendre ce drame qui se conjugue au nombre de morts dans le désert du Sahara, dans la mer méditerranéenne et l’océan atlantique, au drame en terme de chômage, 300 mille nouveaux jeunes demandeurs, chaque année, sur le marché de l’emploi auquel il n’est proposé que 30.000 emplois, si nous voulons cerner ces drames, il faudrait repenser les liens entre l’Afrique et le reste du monde. 
Tant que l’Afrique ne sortira pas de cette situation, nous ne sortirons pas de la pauvreté, nous ne sortirons pas du sous développement, c’est ce que nous sommes venus expliquer au doyen et camarade Alioune Tine considéré comme l’un des monuments des luttes démocratiques au Sénégal et en Afrique’’, explique Guy Marius Sagna. En plus d’une vision anti impérialiste ‘Frapp France Dégage’ a, également, tenu à décliner son projet panafricain. ‘’Le seul projet du Sénégal n’est pas viable à long terme, le projet de la seule Gambie, du seul Burkina Faso ou du seul Togo ne sont pas durables. Comment le projet du seul Sénégal qui compte 15 millions d’habitants peut faire face à la Chine qui, à elle seule, compte 25 millions d’entreprises privées donc si nous voulons faire face sur le plan économique, commercial, social, sécuritaire et sur tous autres plans, il faudrait penser le Sénégal dans le cadre d’une Afrique unie et souveraine’’, indique le porte parole du jour de la plate-forme anti impérialiste. Guy Marius a, dans la même lancée, soulevé la question de la souveraineté démocratique en Afrique. ‘’Elle nous tient à coeur, il faudrait donner le pouvoir au peuple pour éviter qu’une fois les élections passées que ce pouvoir soit accaparé par une classe politique qui ne fait qu’appliquer des politiques en inadéquation avec les intérêts des populations’’, soutient-il.

Le fondateur d’Africa Jom Center, Alioune Tine a loué le courage et l’audace de la plateforme qui selon lui mérite d’être écoutée et appuyée  dans sa vision et entend maintenir le lien entre sa structure et la plateforme pour des réponses alternatives aux questions d’intérêt général. ‘’Nous allons continuer à maintenir le lien pour voir comment nous pouvons construire un espace d’intérêt commun que tous les sénégalais pourront défendre. Que ça soit sur les questions de la démocratie, des droits humains, de la souveraineté économique et sécuritaire surtout de la gouvernance des ressources minérales qui suscite énormément de polémique. Aujourd’hui, nous avons besoin d’un consensus très fort contre des gens beaucoup plus forts que les Etats’’, a conclu le défenseur des droits humains.
Jeudi 3 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :