Alioune Sarr (Pdt Cng) sur la limitation d’âge dans la lutte : « 45 ans, c’est même trop... »


Lutter au-delà de 40 ans serait dangereux pour la santé des lutteurs, estime le Dr Alioune Sarr qui est de surcroît le président du comité de gestion de la lutte (Cng.) Répondant aux questions du club de presse de l’Anps regroupant les journalistes sportifs, il s’estime  préoccupé par la question de l’âge de la retraite qui devrait être revu à la baisse.
« J’ai lu un journal sportif et ils ont tracé la carrière de Mbaye Guèye (ancien Tigre de Fass) qui à 40 ans disait qu’il n’avait plus envie. Après sa défaite de 1987, il s’est retiré. Je pense que ça fait réfléchir ceux qui pensent qu’on ne doit pas limiter l’âge d’un sportif », argue-t-il en invoquant la nécessité de préserver la santé des athlètes.
 
« Dans toutes les disciplines  sportives, qu’on limite ou on ne limite pas, à partir 30 voire 40 ans ou plus, vous n’attirez pas. En plus, le sport individuel réclame tellement d’efforts pour le corps et vouloir continuer à faire face à des jeunes mieux entraînés et plus aptes physiquement, cela peut causer des problèmes… Le médecin sportif que je suis, l’être humain que je suis, avant d’être président, pense que 45 ans c’est même trop. » 
 
Une proposition qui sera certainement rejetée par une partie des lutteurs en activité dont l’ancien roi des arènes, Bombardier qui trouve cette forme de retraite anticipée incompréhensible. À l’en croire, ce qui est valable pour un tel lutteur en terme de forme physique et d'hygiène de vie, peut ne pas l’être pour un autre avait protesté le B52 de Mbour.
 
Samedi 13 Juin 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :