Alimentation scolaire : « Le Sénégal a fourni des repas sains et nutritifs à 241.548 écoliers au titre de l'année scolaire 2020-21 » (Pr Moussa Baldé, MAER)


Prenant part, ce 26 juillet, à un panel de haut niveau sur le triple défi d’atteindre les objectifs en matière d’alimentation, de climat et de biodiversité dans le cadre du Pré-sommet du sommet sur les systèmes alimentaires qui se déroule du 26 au 28 juillet 2021 à Rome en Italie, le Pr Moussa BALDE, Ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural (MAER) a décliné les efforts considérables menés par l’État en exposant le modèle des Cantines scolaires, dispositif qui a beaucoup contribué à réduire les disparités entre filles et garçons faisant de l'alimentation scolaire un instrument essentiel de protection sociale.

Il s'agit en effet, selon le ministre, d'encourager le maintien à l'école des enfants, notamment les filles.

"Le Sénégal a fourni des repas sains et nutritifs à 241.548 écoliers sur l'ensemble du pays au titre de l'année scolaire 2020-21. Ces efforts ont été poursuivis dans le contexte de la pandémie à travers une intervention d'urgence en collaboration avec le Pam au profit de 107.000 nouveaux élèves.", a renseigné le ministre.

Pr Moussa Baldé a, par ailleurs, profité du panel pour faire quelques remarques sur l’expérience du Sénégal, en affirmant que sous l’impulsion de SEM Macky Sall, le Sénégal a fait du triptyque alimentation, climat et biodiversité une grande priorité.

"Le Plan Sénégal Emergent, qui tient compte des agendas 2030 et 2063 des Nations Unies et de l’Union Africaine, a prévu ce qui suit : « à l’horizon 2030, la biodiversité est restaurée, conservée et valorisée pour fournir de manière durable des biens et services avec un partage équitable des bénéfices et avantages afin de contribuer au développement économique et social », a-t-il expliqué.

À l'en croire, la stratégie et le plan d’action issus de cette vision reposent sur quatre axes majeurs notamment l'amélioration des connaissances sur la biodiversité et renforcement des capacités institutionnelles et techniques de mise en œuvre de la stratégie ; la réduction des pressions, restauration et conservation de la biodiversité ; la promotion de la prise en compte de la biodiversité dans les politiques de développement économique et social et enfin la promotion de l’utilisation durable de la biodiversité et des mécanismes d’accès aux ressources biologiques et de partage juste et équitable des avantages découlant de leur exploitation.
Jeudi 29 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :