Aïda Mbodj à Ndèye Saly Diop Dieng : « À l'heure du bilan, c'est vous qui devrez rendre compte... »


Tant de questions posées à la ministre de la femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants n'ont pas eu de réponses, selon la députée Aïda Mbodj. En  effet, l'ancienne ministre de la femme, de la famille et du développement social sous le régime de Wade est revenue globalement sur la "criminalisation du viol et de la pédophilie". 

Selon la parlementaire inscrite au groupe des non-alignées, "la revendication qui a provoqué la naissance de cette loi importante peut revenir au ministère de la femme autant qu'à celui de la justice qui a été au début du combat avec l'étude des textes par son chargé des affaires criminelles", aura rappelé Aïda Mbodj. À l'en croire, le ministère de la femme n'est intervenu qu'au moment où la promulgation allait être effectuée. Donc, loin "d'effacer" tout mérite au ministère de la femme, Aïda Mbodj estime quand même que le ministère de la justice a été au début et à la fin de cette loi.

Concernant le budget alloué au ministère de la femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants, Aïda Mbodj plaide pour son augmentation car, considérant qu'il y'a pas mal de travail à fournir dans ce ministère avec la lutte contre la pauvrté, le developpemnt des ménages, leur renforcement. "Il faut que la ministre sache qu'à l'heure du bilan, c'est elle qui devra rendre compte. Donc, tenant compte de ces considérations, il est clair que son budget doit être suffisant pour couvrir les grands programmes et projets", a conclu la parlementaire...
Vendredi 4 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :