African Union Day : « Promouvoir une image de l’Afrique autre que la pauvreté et la famine comme le pensent certains » (Cheikh Moussa Dramé Initiateur)


Afin d’amener les autres continents à avoir un regard sur le continent africain, autre que la pauvreté, la famine et la guerre, Cheikh Moussa Dramé initiateur de l'African Union Day, a lancé à Dakar la semaine de l’unité africaine. L’objectif visé par ce migrant Sénégalo-Gambien basé aux États-Unis, c’est de promouvoir une autre image de l’Afrique.

Une Afrique à fortes potentialités avec une intégration des peuples, notamment les afro-américains avec leurs descendants d’Afrique. « Chaque année, il est célébrée la journée dédiée à l’Afrique aux États-Unis, c’est dans ce cadre qu’on nous avions entamé des discussions avec les autorités américaines pour que le 09 Septembre de chaque année soit célébrée la fondation de la journée de l’unité africaine (African Union Day Fondation). Depuis 2006, cette journée est célébrée à New York. 

Cette célébration consacre la journée de l’unité africaine comme une fondation pour promouvoir l’intérêt de l’Afrique, mais aussi apporter notre soutien aux ressortissants africains se trouvant dans des situations difficiles aux États-Unis.

D’autre part, nous voulons promouvoir une image de l’Afrique autre que la pauvreté, la guerre et la famine, cette perception que les gens ont du continent africain. C’est dans ce cadre que nous avons lancé la semaine de l’Afrique intitulée Daylight Africa Week. C’est une manière de montrer une autre facette de l’Afrique, une Afrique éclairée où il fait bon vivre, contrairement à ce que pensent les autres. Ce qui permettra une réunification des afro-américains avec leurs familles d’origine d’Afrique. En faisant venir en Afrique plusieurs afro-américains établis aux États-Unis d’Amérique », renseigne Cheikh Moussa Dramé, l’initiateur de Daylight Africa Week.  


Autre que promouvoir une autre image de l’Afrique, cette rencontre est une occasion pour permettre aux afro-américains de retrouver leurs familles d’origine en Afrique et de leur permettre de connaître leur histoire. « Le concept c’est de permettre aux Afro-américains de connaître leur histoire et leurs origines. Parce que quelque part l’histoire a été véhiculée d’une façon où il y a des manquements. Aujourd’hui, c’est comme s’il y avait une falsification de l’histoire de l’Afrique. C’est le moment de les amener à venir découvrir l’Afrique et ses opportunités économiques. Car vous n’êtes pas sans savoir que la majeure partie des investisseurs vient d’Europe et d’autres continents du monde. Et aujourd’hui on voit que l’Amérique s’intéresse beaucoup à l’Amérique mais eux dans leurs philosophies, il faudrait d’abord que les afro-américains et les Caraïbéens, les fils d’Afrique s’intéressent à l’Afrique pour changer l’image de l’Afrique dans l’ordre mondial basé sur des échanges commerciaux », souligne Cheikh Ahmed Tidiane Bèye… 
 
 
Lundi 5 Septembre 2022




Dans la même rubrique :